Lourdes (65)

Exposition d’œuvres photographiques contemporaines « l’Esprit des lieux »  du 29 juin au 7 septembre à la Médiathèque de Lourdes.

visuel rectoPour la première fois, la Médiathèque du Pays de Lourdes accueille dans le cadre de sa programmation « L’Été des images ».

Des œuvres de la collection du Fonds régional d’Art contemporain (FRAC) Midi-Pyrénées, située dans le Musée des Abattoirs à Toulouse. Ainsi, l’espace artistique de la Médiathèque, dans le cadre de la relation entre le mot et l’image, propose durant 2 mois, une mise en dialogue d’œuvres photographiques contemporaines avec des ouvrages du fonds de la médiathèque. Telle une douce errance, l’exposition « L’esprit des lieux » invite à déambuler dans des espaces investis physiquement ou mentalement par trois artistes : Hélène Martiat, Eric Poitevin, Georges Rousse. Entre imagerie mentale et expérience visuelle, le regard se retrouve mis au défi. Une dense immobilité règne comme si les espaces s’offraient à voir au ralenti et se pénétraient petit à petit dans ce nomadisme d’images photographiques. S’installe alors un jeu sur les perceptions des lieux, la mise en scène côtoie l’épiderme du réel pour se perdre dans des espaces picturaux délaissés. Les photographies fixent alors une représentation en quête d’un innommable réel. L’éphémère pris au piège par le pouvoir des images fait surgir l’insaisissable. Il plane dans ces lieux comme une poésie du silence. Des mots s’éveillent en nous : déshérence, oubli, mémoire pour éclore dans de nouvelles dimensions où la place du regard prend toute sa force.

Découverte de la galerie…..

Hélène Martiat

Hélène Martiat: "Les papiers"n°9"- 1989 Grand Rond Production Droits réservées/ ccollection des Abattoirs- Frac Midi-Pyrénées

Hélène Martiat: « Les papiers »n°9 »- 1989 Grand Rond Production Droits réservées/ Collection des Abattoirs- Frac Midi-Pyrénées

La photographie présentée ici, est extraite d’une série intitulée Home Sweet Home. Cette artiste invente des situations  plus qu’elle ne les recherche dans la vie réelle. Elle met en exergue les contrastes entre « mise en scène » et « vie de tous les jours », ici, tout est fabriqué ! C’est « le théâtre de la vie ». Le sujet pose, indifférent à son environnement, dans un appartement dont les murs et le plancher n’attendent plus que les démolisseurs. La prolifération baroque des lambeaux de papier crée un tourbillon dans l’image, tourbillon suspendu par la construction très stable de la composition et renforcée par la sérénité assise du lecteur. Le décalage est parfait ! La reconstitution en studio étant plus propice aux méandres de son imaginaire où hyper surréalisme ne font plus qu’un.

Eric Poitevin

Eric Poitevin "Mare" 1987/ René Sultra Adago, Paris/Collection des Abattoirs Frac Midi-Pyrénées

Eric Poitevin « Mare » 1987/ René Sultra Adago, Paris/Collection des Abattoirs Frac Midi-Pyrénées

Il vit dans la Meuse, près de Verdun. Après avoir photographié les anciens combattants de la Grande Guerre, il réalise des prises de vues de la nature qui l’entoure, les bois, les champs et les mares. Pour lui, ces lieux sont la conséquence d’une guerre car le sol est truffé d’objets parasites qui imposent un système de plantations.  La conséquence, ce sont des paysages chamboulés et échevelés. Porté par une rêverie poétique, Eric Poitevin, donne à voir une Nature pétrifiée, chargée de la fureur de l’Histoire. Ces lieux sont calmes mais pas vides, silencieux, mais étrangement, ils agissent comme des lieux de l’absence et de la disparition.

Georges Rousse

G.Rousse ""NYX"_ 1991 René Sultra Adago, Paris Collection des Abattoirs Frac Midi-Pyrénées

G.Rousse «  »NYX »_ 1991 René Sultra Adago, Paris Collection des Abattoirs Frac Midi-Pyrénées

Dans un lieu abandonné, dans une sorte de cellule vide et captivante, l’artiste réveille lentement la densité de l’espace. Les œuvres exposées ici, obéissent à ses techniques habituelles. Il fait appel à de nombreuses pratiques artistiques : dessinateur du projet, peintre dans les lieux, architecte par son interprétation de l’espace et la construction qu’il organise et enfin photographe pour rassembler toutes ces actions. L’artiste réorganise donc le monde visible en un espace inédit et c’est ainsi qu’il s’est rapidement imposé dans le paysage de l’art contemporain.

Publicités