Salses le Château (66)

Petit village du Roussillon, Salses le Château se trouve aux portes des Pyrénées Orientales. L’on y découvre une forteresse magnifique d’architecture militaire de transition.

L'entrée de la forteresse de Salses.

L’entrée de la forteresse de Salses.

Les murs de cette forteresse, disposés en rectangles, longs de 115 mètres sur 90 de large, possèdent une tour placée à chaque angle. Construite profondément enfouie dans le sol, il est donc facile de se dérober aux vues et aux coups de l’ennemi. Les tours d’angle dites « d’artillerie » renferment à l’intérieur les escaliers en colimaçon qui mènent sur la partie supérieure. Et contrairement à ce que pensent la plupart des visiteurs, ce ne sont pas que des oubliettes car elles servaient aussi de communication acoustique. Épais de 10 à 12 mètres de maçonnerie pleine, les murs sont entourés d’une galerie d’escarpe appelé aussi galerie d’écoute ou de contre-mine.
La forteresse se divise en deux parties, séparées par un large fossé intérieur et une courtine. La première partie, située à l’est, nous offre une place d’armes, les logements de la garnison, les magasins et les écuries. La seconde partie présente le donjon en son centre. Elle est cloisonnée de toute part et son unique accès est un pont-levis. Le nord-ouest, l’est et le sud de la forteresse dévoilent trois ouvrages extérieurs en forme de demi-lune reliés au corps par des tunnels aux galeries voûtées. Ces tunnels sont masqués de l’extérieur par l’eau des douves, abondamment alimentées par une source de fort débit.

Un peu d’Histoire…

En 1497, 4 ans après que le roi de France Charles VIII ait restitué le Roussillon au roi d’Espagne Ferdinand V le Catholique, celui ci verrouillera le passage entre les derniers contreforts des Corbières et les étangs (infranchissables à l’époque). Il décidera donc la construction d’une citadelle et confiera cette mission à Francisco Ramiro Lopez (à qui on doit aussi celle de Collioure).
La construction n’étant pas encore terminée et six ans après le début des travaux, la citadelle résistera aux assauts de l’armée française. C’est là qu’aura lieu l’explosion réussie de la première mine de guerre et fera plusieurs centaines de victimes. En 1538 le fort achevé reçoit la visite de Charles Quint.
Mais le 20 juillet 1639, après 40 jours de résistance, le fort tombera aux mains des troupes françaises sous le commandement d’Henry II de Bourbon et du maréchal Schomberg. Après la chute du fort, les troupes françaises ne furent plus en mesure de poursuivre leurs offensives ce qui fait que le fort joua une dernière fois son rôle de surveillance.
Du 1er septembre 1639 au 6 janvier 1640, plusieurs régiments français enfermés dans le fort opposeront une résistance acharnée aux soldats espagnols désireux de récupérer leur bien. C’est seulement la faim qui ouvrira les portes aux adversaires.
Le fort de Salses a été longtemps en porte-à-faux, et a failli disparaître plusieurs fois au cours des deux siècles suivants. Durant cette période le fort subira de nombreuses attaques mais remplira correctement son rôle de défenseur des frontières Nord.
Il aurait du être détruit en 1718 puis en 1726 mais la destruction a été annulée. En 1793, le fort abritera une garnison jusqu’en 1804.
En 1804 et en 1833… A nouveau voué la destruction !!!! L’abandon final de cette idée nous permet aujourd’hui de le visiter.

Plus d’infos : Ouvert tous les jours, du 1er avril au 30 septembre, 10 h à 18 h 30; du 1er octobre au 31 mars, 10 h à 12 h 15 et 14 h à 17 h. Dernière visite commentée 1 heure avant la fermeture du site.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Advertisements