Luz-Saint-Sauveur (65).

EDF. Cap de Long / Pragnères, l’eau au sommet de sa force.

expocedas_panneau1A l’occasion de l’anniversaire des 60 ans de la mise en service de l’aménagement hydroélectrique de Pragnères, la Maison du Parc et de la Vallée de Luz-Saint-Sauveur accueille, jusqu’au 27 septembre prochain, l’exposition « Cap de Long Pragnères, l’eau au sommet de sa force » réalisée par le CEDAS.

De 1947 à 1954, au cœur du massif de Néouvielle, dans des conditions extrêmes, des hommes ont relevé un défi hors du commun, celui de réaliser un barrage-réservoir gigantesque à 2160 mètres d’altitude et de le relier à une usine de la vallée voisine par le biais de 10 kilomètres de galeries. Sous la conduite des ingénieurs EDF et de nombreuses entreprises des travaux publics, un des plus grands chantiers européens voyait le jour en vallée d’Aure et dans la haute vallée des Gaves.
L’exposition présente environ 17 panneaux qui racontent le mythique chantier de Cap-de-Long – Pragnères. Après une introduction qui retrace la genèse du projet, le récit se répartit en quatre thèmes : travaux à Cap-de-Long, aménagement de différents éléments du système de la cueillette de l’eau et l’usine de Pragnères, hommes valeureux et Cap-de-Long aujourd’hui. Ces panneaux sont accompagnés de clichés effectués en grande partie par le studio Alix (ville de Bagnères-de-Bigorre). Véritable mémoire visuelle, leurs photographies sont une machine à remonter le temps, une invitation à plonger dans cette époque humaine et industrielle extraordinaire. Ce chantier emblématique de la France d’après-guerre a permis aux vallées d’Aure et des Gaves de basculer dans une nouvelle ère économique.

Le Centre d’Études et de Documentation Aure-Sobrarbe de la mairie d’Ancizan (CEDAS) collecte et numérise des documents relevant de la vie des populations de nos territoires. Une recherche sur l’histoire du complexe hydroélectrique de Cap-de-Long – Pragnères est menée depuis plusieurs années.

Publicités