Hautes-Pyrénées (65).

Parc national des Pyrénées. Le Parc national des Pyrénées signe deux conventions de partenariat avec la Régie du Pic du Midi et le Conservatoire botanique des Pyrénées et de Midi-Pyrénées.

Jacques Brune, André Berdou et François Fortassin ont signé les deux conventions à la Maison du PNP de Tarbes (65).

Jacques Brune, André Berdou et François Fortassin ont signé les deux conventions à la Maison du PNP de Tarbes (65).

Ces deux conventions ont été signées en présence de Jacques Brune, président du conseil syndical représentant le Conservatoire botanique, André Berdou, président du Parc national des Pyrénées et François Fortassin, président de la Régie du Pic du Midi.
La Régie du Pic du Midi et le Parc national des Pyrénées viennent de signer une convention de partenariat portant sur la Réserve Internationale de Ciel Étoilé (RICE), vendredi 25 octobre. Conscient de l’impact de la pollution lumineuse sur la faune, la flore, la fragmentation des habitats nocturnes et de l’importance de préserver la qualité de ciel étoilé dans sa zone cœur, le Parc national a été un partenaire actif depuis le début du projet. Aujourd’hui la convention de partenariat formalise les relations des deux structures. Le Parc national s’engage, entre autres, dans le suivi de la pollution lumineuse (opération « gardien des étoiles ») comme de son impact sur la biodiversité et s’implique dans les projets de coopération scientifique en association avec la régie du Pic du Midi. Il soutient également les projets de conversion de l’éclairage des communes de son territoire afin de les rendre conformes aux critères de la RICE. Cela permettra de limiter sensiblement la pollution lumineuse et son impact comme de réduire la consommation d’énergie et les dépenses liées. Enfin, des journées d’échange sur la connaissance et l’évolution des patrimoines seront organisées entre le Parc national et l’équipe d’animation du Pic du Midi.

Le Conservatoire botanique national des Pyrénées et de Midi-Pyrénées et le Parc national des Pyrénées sont deux partenaires de longue date.

Pour mémoire, le Parc national a été un des membres fondateurs du Conservatoire. Afin de sceller ce partenariat, une convention définissant les actions communes à venir a été aussi signée le même jour.
Dans le cadre du projet « Atlas de la Biodiversité Communale », initié par le Parc national (inventaire de la faune et la flore sur plusieurs communes de son territoire), le Conservatoire botanique national apportera ainsi son appui technique. Il participera également au programme de conservation de la Subulaire aquatique piloté par le Parc national sur le massif de Néouvielle, en réalisant un bilan de l’état des populations pyrénéennes et en menant les actions de conservation des graines et de mise en culture. Les deux établissements œuvreront aussi de concert pour améliorer les connaissances sur les fougères, les mousses et les lichens des vieilles forêts de la zone cœur du Parc national.
Dans le cadre de l’Observatoire pyrénéen du changement climatique de la Communauté de travail des Pyrénées, le Parc national et le Conservatoire botanique national mettront en place deux placettes de suivi des combes à neige, milieux sensibles aux variations d’enneigement, en vallées de Cauterets et d’Ossau. Le Conservatoire botanique national étudiera les pratiques de cueillette sur le territoire du Parc national. Enfin, les deux établissements s’organisent pour échanger leurs données sur la flore et sur les habitats naturels.

Publicités