Pyrénées. Principauté d’Andorre.

Scalada, magie et couleurs de l’Andorre, le nouveau spectacle du Cirque du Soleil éblouira l’Andorre cet été !

Après avoir accueilli 45 000 personnes lors de la première édition en 2013, l’Andorre mise une fois de plus sur la lumière, la couleur et l’acrobatie d’une des troupes d’artistes les plus célèbres au monde : le Cirque du Soleil.

La scénographie, la musique montreront de façon allégorique toutes les possibilités et les sensations qu’offre le pays. Les contrastes et les couleurs de l’Andorre inspireront la nouvelle édition Scalada 2014. 17 représentations de Scalada sont programmées les mardis, jeudis, vendredis et samedis du 5 juillet au 2 août. Chaque soir, 5 000 personnes assisteront à cette performance donnée en plein air au coeur même de la ville d’Andorre la Vieille. Ce spectacle a été écrit sur mesure pour la Principauté d’Andorre et la mise en scène adaptée au décor unique mis à disposition par la ville pour ces représentations exceptionnelles.
Cette année, 7 représentations supplémentaires sont prévues. Andorra Turisme invite les internautes à suivre l’actualité sur http://visitandorra.com/fr/ pour s’inscrire à l’alerte billetterie. Les réservations sont obligatoires.
Scalada 2014 est un événement unique en Europe. Le spectacle a été entièrement réécrit et sera joué en exclusivité en Andorre pendant l’été 2014.
Pour en savoir plus sur Scalada 2014 : http://visitandorra.com/fr/

A propos d’Andorre

A la sortie de l’hiver, ce petit territoire (seulement 468 kilomètres carrés) réserve bien des surprises aux amoureux de la nature, aux gourmands et aux curieux : randonnées, VTT, dégustations de produit du terroir et festivals.
Site Internet : visitandorra.com/fr – Facebook : http://www.facebook.com/andorraworld

Hautes-Pyrénées (65). Musique.

Les FantasKes éditent leur premier album « 1er Jet Live » !

Les FantasKes... Un groupe musical qui met de l'ambiance !

Les FantasKes… Un groupe musical qui met de l’ambiance !

Cette formation de rue festive et originaire de Bigorre n’a cessé depuis 4 ans de nous faire danser lors des manifestations culturelles. Pour répondre aux attentes de son public et pour le plaisir de tous, le groupe met ses meilleurs titres dans les bacs.

Crée en 2010, c’est grâce à leurs chapeaux de cow-boy «peau de vache », leurs lunettes de soleil colorées et leurs salopettes qu’on les repère de loin. C’est aussi, quand on écoute, grâce à leur musique atypique parfois appelée fanfare mais le plus souvent présentée comme une banda. Présents sur de nombreux évènements populaires dans la région, les six membres du groupe nous font partager cet esprit festif qui caractérise les fêtes du Sud-ouest.
Ce premier album enregistré en live à Bagnères-de-Bigorre promet diverses surprises. Les fans pourront ainsi retrouver l’ambiance des concerts de l’été à travers un répertoire très éclectique, allant du funk au paso doble, en passant par le ska, la variété populaire, ou encore le disco.
pochette cdLes FantasKes nous entrainent avec beaucoup de punch et une énorme dose de bonne humeur dans leur univers en revisitant des musiques à leur sauce. Cette formation de musique de rue grâce aux cuivres, à la batterie et à l’accordéon fait danser et chanter son public à chacun de ses concerts.
Indispensable pour faire la fête cet été, vous trouverez l’album dans les bacs ou en vous rendant le vendredi 18 avril à Bordes (65). Les FantasKes joueront entourés de leurs amis et invités : plusieurs groupes de musiques rock, fanfare, chant,… répondront également présents. Venez également les retrouver au Méridien à Ibos (65) le samedi 26 avril. Ils présenteront leur album lors d’un show case à partir de 15h qui sera suivie d’une séance dédicace.

Plus d’infos sur :
http://www.lesfantaskes.com, http://www.facebook.comfanfare.lesfantaskes, https://twitter.com/LesFantasKes

La Rando du P’tit Pyrénéen. Le tour de Serris (65).

Des paysages harmonieux !

Une grange traditionnelle. CDRP65.

Une grange traditionnelle. CDRP65.

Aux portes de la vallée de Campan, cet itinéraire part à la découverte du petit vallon de Serris, protégé du nord par le sommet du Monné : profitez de l’arrivée du printemps pour parcourir ses chemins bordés de fleurs et laissez-vous séduire par l’harmonie de ses paysages pastoraux.

Le coup de coeur du P’tit Pyrénéen

• Beaudéan : château des Comtes de Beaudéan, maison natale de Jean-Dominique Larrey (musée).
• Vie d’estive : découverte de l’activité pastorale ; panorama sur le pic du Midi et les sommets de la vallée de Campan ; belles granges.
• Bagnères-de-Bigorre : ville thermale, muséum d’histoire naturelle, Aquensis – La cité des eaux : centre de bien-être en eau thermale ; vallée de Lesponne.
• Campan : halle du XVIe siècle, cloître, monuments aux morts, exposition de mounaques (de juillet à septembre).

Descriptif de l’itinéraire

• Niveau : facile,
• Durée : 3 h 00,
• Dénivelé : 340 m,
• Situation : Beaudéan, à 2 km au nord-est de Campan par la D 935,
• Parking : office du tourisme,
• Balisage : jaune,
• Topo-guide : « Campan et ses vallées à pied », (Réf. P652 – Ed. Ffrandonnée),
• Recommandations : zone pastorale (tenir les chiens en laisse, ne pas s’approcher des troupeaux).carte

1 – Emprunter la rue Dominique-Larrey sur 50 mètres, puis la rue de la Fontaine, à droite.
2 – En face de la fontaine, suivre le chemin herbeux (Carré dé Pichaharris). Il contourne l’église par la gauche. Emprunter la route à droite puis, à l’embranchement, continuer à gauche sur 150 mètres.
3 – Monter par le chemin à gauche. Au carrefour, continuer tout droit puis, aux intersections suivantes, rester à droite. Le chemin s’élève régulièrement en longeant des granges typiques. Plus haut, franchir une barrière métallique, grimper en bordure de la haie et atteindre le col.
4 – Bifurquer à droite (nord) en suivant le chemin herbeux, au milieu des fougères. Il s’oriente à droite (nord-est), puis longe un abreuvoir et descend dans les noisetiers. Déboucher sur un chemin carrossable et le suivre sur 200 mètres.
5 – Gravir le talus à gauche, poursuivre dans les fougères puis à l’ombre des noisetiers. Le sentier s’oriente au nord, puis descend franchement par de courts lacets, dans un bois, avant de gagner le village de Beaudéan.
6 – Prendre la rue à gauche, puis aller à droite. Après la mairie, emprunter à droite, la rue de la Fontaine et retrouver l’embranchement de l’aller.
2 – À la fontaine, par l’itinéraire de l’aller, regagner le parking.

logoContact : Comité départemental de la randonnée pédestre 65 – Tél. : 05 62 34 44 13 – Site : http://www.hautes-pyrenees-rando.com

Montagne Pyrénées. Faune.

C’est le printemps ! La marmotte se réveille…

A la sortie de l'hiver, la marmotte reprend des forces !

A la sortie de l’hiver, la marmotte reprend des forces !

À l’arrivée du printemps, en montagne, les animaux sortent de leur longue période d’hibernation, et commencent à pointer le bout de leur museau. La marmotte est de ceux-là.

La marmotte est un vrai hibernant. Pendant la période hivernale, sa température peut chuter de 38° à 8° (voir 4°), son poids passant de 5 à 2,5 kg. C’est pourquoi, à la fin de l’hiver, nos habitants des montagnes sont affaiblis et demandent le plus grand respect possible… Le temps pour eux, de reprendre des forces.

Un petit animal prévenant…

Mais connaissez-vous les origines de ce petit animal qui émet un sifflement si aigu, bien reconnaissable, prévenant ses congénères de votre présence, quand vous êtes en randonnée ?
La disparition des marmottes dans les Pyrénées est située, grosso modo, vers la fin du Würm (période glaciaire – 12 000 ans). Les premiers apports d’individus ont lieu le 15 mai 1948. Le docteur Couturier et messieurs Knobel et Sabatut, après avoir capturé six marmottes dans le massif du Queras, dans les Alpes, les relâchent dans le vallon du Barrada, en vallée de Luz. La même année monsieur Boyrie lâche quatre à cinq individus en vallée de Cauterets, près du pont d’Espagne. Quatre ans plus tard, d’autres marmottes furent relâchées dans le vallon du Barrada, et, en 1954, vingt-cinq individus étaient dénombrés dans la vallée de Luz.
D’autres lâchers, à l’initiative de personnes ou de fédérations départementales de chasseurs, notamment des Hautes-Pyrénées, eurent lieu ensuite, sur tout le massif pyrénéen. Les motivations furent nombreuses : le plaisir des yeux, donner un moyen d’alerte (par les longs sifflements de la marmotte) aux isards pour les prévenir de l’approche des chasseurs, et ainsi limiter l’impact de la chasse, et favoriser le retour de cette espèce…

Des marmottes dans le Parc national des Pyrénées

En 1968, le Conseil scientifique du Parc national des Pyrénées reprend l’idée à son compte. Il préconise de favoriser le développement de l’espèce dans la zone du Parc, en multipliant les implantations, de façon à permettre à l’espèce d’occuper une place vacante dans la chaîne alimentaire, au bénéfice de l’aigle royal.
De 1969 à 1974, près d’une cinquantaine de marmottes sont ainsi relâchées dans la plupart des vallées du Parc. Il faut savoir que sur la zone cœur du Parc national des Pyrénées, il y a environ trois colonies de marmottes pour 100 hectares. Une colonie compte de dix à onze individus. Dans les meilleurs sites, on peut arriver à une marmotte par hectare.

Barèges – Grand Tourmalet (65).

Quand des Chefs Etoilés se toquent des Pyrénées !

Le restaurant de La Laquette vous attend.

Le restaurant de La Laquette vous attend.

Pour la 1ère fois, deux chefs étoilés remettront leur tablier pour accompagner 3 jeunes chefs des Hautes-Pyrénées lors d’un dîner gastronomique à 2 000 mètres d’altitude ! En effet, c’est au restaurant La Laquette à Barèges en plein cœur du domaine skiable du Grand Tourmalet qu’est organisée la 1ère soirée « Les Toqués de N’PY » le jeudi 20 mars prochain. Un évènement unique qui marie la gastronomie et les Pyrénées.

Avec cette nouvelle manifestation, à l’initiative du Grand Tourmalet, N’PY répond aux attentes d’une clientèle initiée qui souhaite participer à des animations de qualité. Cette 1ère soirée « Les Toqués de N’PY », à l’instar des N’PY Cup King For A Day destinés à un public de jeunes, d’étudiants et de jeunes parents et des N’PY Downtown pour les urbains, devrait être dupliquée l’année prochaine dans plusieurs domaines N’PY.

Michel Pujol et Viviane Darroze mettent 3 jeunes Chefs sous le feux de la rampe !

afficheMichel Pujol et Viviane Darroze ont tous deux été distingués d’une étoile au Guide Michelin, le premier lorsqu’il était chef du Restaurant Pujol à Blagnac (31), la deuxième comme chef du restaurant éponyme rue Castellane à Toulouse (31). Désormais à la retraite, ils souhaitent transmettre leur savoir-faire aux jeunes générations. Ils restent attachés à leur métier de cuisinier et continuent à promouvoir la gastronomie dans leurs actions en organisant notamment des concours de cuisine et en participant à des jurys professionnels.
Désireux de faire émerger de nouveaux talents, c’est avec plaisir qu’ils ont répondu à l’invitation du Grand Tourmalet et de N’PY. C’est pour eux l’occasion exceptionnelle de mettre le savoir-faire de jeunes chefs Pyrénéens et la renommée de produits du terroir au service de valeurs telles que la convivialité, le bien-être, le manger sain, le tout dans un cadre exceptionnel et préservé.
Trois jeunes chefs des Hautes-Pyrénées seront mis en avant : Lire la suite

Parc national des Pyrénées. News !

Exposition « Splendeur et Paysage » à Gavarnie (65).

Une des photos de Xavier Dornier.

Une des photos de Xavier Dornier.

Xavier Dornier présente « Splendeur et Paysage », une exposition photographique à découvrir à la maison du Parc national de Gavarnie, jusqu’au 31 mars. Elle relate l’extraordinaire diversité paysagère qu’offrent à contempler les Pyrénées. De la verdure des reliefs basques, aux pentes catalanes brûlantes et desséchées, en passant par les canyons aragonais ou encore les lacs cristallins des Encantats, chaque cliché finement légendé trouvera les explications de sa création.

Les fleurs pyrénéennes s’exposent à Arrens-Marsous dans le Val d’Azun (65).

Michael Godu.

Michael Godu.

L’exposition photographique « Fleurs Pyrénéennes » de Michael Godu est à découvrir à la maison du Parc national et de la vallée, jusqu’au 30 mars. Sur fond uni pour les mettre en valeur, l’artiste immortalise l’instant d’une beauté fragile et impudique sur des clichés pris comme on ferait un portrait. « Pour ces photographies de fleurs, je me suis invité chez elles. J’ai partagé leur intimité sans les couper et en essayant de ne pas abîmer leur environnement afin qu’elles puissent se dévoiler encore à d’autres promeneurs. »

Vos diaporamas sont des trésors !

La montagne inspire les photographes quasiment depuis l’invention de la photographie. Ces images, souvent prises dans un cadre familial, outre leur grande valeur esthétique, témoignent aussi des évolutions paysagères des 50 dernières années. Des travaux de géographie montrent comment les images anciennes associées à des photographiques contemporaines aident à percevoir les modifications parfois rapides que connaît le paysage montagnard. Le travail sur les collections photographiques historiques, sur les cartes postales anciennes s’est déjà révélé très riche.
Vous possédez des collections de diapositives prises sur le territoire du Parc national entre les années 50 et 80 ? Venez présenter votre diaporama à l’occasion de la journée que le Parc national des Pyrénées organise le 26 avril prochain sur le thème de la photographie et du paysage pyrénéen.
Si ce projet vous intéresse et si vous souhaitez, le temps d’une après midi d’avril revivre le charme des « soirées diapo », vous pouvez apporter votre contribution en contactant David Penin ou Pierre Lapenu, Parc national des Pyrénées au 05 62 54 16 40 / pnp.penin@espaces.naturels.fr

Festival. Jazz in Marciac (32).

37ème édition de Jazz in Marciac : Un Festival d’Émotions ! Un avant goût de ce que vous allez voir…

 Chick Corea et Stanley Clarke.


Chick Corea et Stanley Clarke.

« Encore heureux qu’on va vers l’été » : le titre de ce roman de Christiane Rochefort illustre à merveille la pensée de tous les amoureux de Jazz In Marciac. L’été, c’est en effet la promesse de concerts superbes où le plaisir de découvrir rivalise avec celui de retrouver. Valeurs sûres et belles surprises : telle pourrait être la devise du festival.

Cette année, pour la trente-septième édition, la parenthèse musicalement enchantée s’ouvrira le lundi 28 juillet pour se refermer le 15 août. Difficile de citer tous les bons moments qui s’annoncent mais on peut souligner quelques rendez-vous particulièrement prometteurs.
L’entrée se fera en fanfare avec, succédant sur scène au flamboyant Lucky Peterson, celui que le magazine Rolling Stone a classé comme l’un des plus grands guitaristes de tous les temps : Jeff Beck, que Marciac est ravi d’accueillir pour la première fois. Le lendemain, on pourra encore parler d’une première… Herbie Hancock et Wayne Shorter d’un côté, Chick Corea et Stanley Clarke de l’autre : quatre légendes pour deux duos qui vont nécessairement transformer ce mardi 29 juillet en jour historique pour le festival.
À propos d’histoire, comment ne pas célébrer celle que Didier Lockwood nous fait vivre depuis si longtemps ? Le samedi 2 août, il fêtera ses quarante ans de carrière avec l’Orchestre du Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse. À la batterie, un certain Manu Katché… Et s’il ne s’agit pas à proprement parler d’un anniversaire, les spectateurs seront ravis d’assister pour la deuxième fois à l’hommage que Wynton Marsalis et Richard Galliano rendent à Edith Piaf et à Billie Holiday. Quoique immortalisé par un album, ce concert de 2008 donnait d’énormes regrets aux absents… Rarement une séance de rattrapage a été aussi attendue.

Tout le soleil de la Jamaïque…

Il ne faudra pas non plus manquer la prestation de Buena Vista Social Club dans le cadre de son « Adios Tour », autrement dit de sa tournée d’adieux – nous nous sommes tant aimés…
Et pour rester dans les musiques caliente, n’oublions pas que Maraca & his Latin Jazz All Stars 2014 puis Roberto Fonseca et Fatoumata Diawara nous feront partager de véritables privilèges durant la nuit du 4 août… Huit jours après, le mercure ne sera toujours pas retombé : grâce au piano de Monty Alexander et à la voix de Jimmy Cliff, c’est tout le soleil de la Jamaïque qui illuminera la scène de JIM.

D’autres concerts lumineux ?

Celui de Jamie Cullum qui avait gratifié le festival d’une de ses toutes premières prestations ; un retour forcément gagnant. Il en va de même pour Thomas Dutronc à la tête d’un double quartet et pour Bireli Lagrène, pour Gregory Porter, pour Tigran Hamasyan… Voix féminines d’exception avec Dee Dee Bridgewater, Cécile McLorin Salvant ou encore Virginie Teychené… Hommage à Miles Davis avec la version de Sketches of Spain par Nicholas Payton – dix-huit musiciens sur scène le mardi 5 août avant la prestation d’Ahmad Jamal que le « Prince of Darkness » considérait comme l’un des plus grands pianistes…
Arrêtons ici cet inventaire à la Prévert pour retenir l’essentiel : Marciac bénéficie d’un microclimat grâce auquel le jazz et ses musiques cousines s’épanouissent au cœur de l’été. Cela fait trente-sept fois qu’on vous le dit !