Lourdes (65). Coup de projecteur sur la Basilique Notre-Dame-du-Rosaire.

Elle permet d’accueillir 1 500 fidèles !

L'entrée de la Basilique Notre-Dame-du-Rosaire.

L’entrée de la Basilique Notre-Dame-du-Rosaire.

La basilique Notre-Dame-du-Rosaire est la seconde en date des trois basiliques de Lourdes, plus important centre de pèlerinage des Hautes-Pyrénées et de France, depuis les apparitions de Lourdes.

Située devant, et en contrebas de la basilique de l’Immaculée-Conception, elle a été construite de 1883 à 1889 sur les plans de Léopold Hardy et consacrée en 1901 pour pallier le manque de place dans cette dernière, au regard du nombre croissant des pèlerins. Cependant elle se révéla elle-même insuffisante, ce qui décida une cinquantaine d’années après les autorités ecclésiastiques à faire construire l’immense basilique souterraine Saint-Pie X sous l’Esplanade du Rosaire.
L’architecte choisi, Léopold Hardy, devait tenir compte de multiples contraintes, et en particulier celle de ne pas occulter la Basilique de l’Immaculée-Conception. De style romano-byzantin, son plan est en forme de croix grecque et permet d’accueillir 1 500 fidèles.
Vers l’extérieur, elle s’ouvre sur une vaste esplanade (dite « Esplanade du Rosaire ») pouvant rassembler quelques 80 000 visiteurs, encadrée par deux rampes d’accès en hémicycle supportées par des structures en arcades permettant de gagner la basilique de l’Immaculée Conception, située au-dessus. Les arcades supportent des statues datant des années 1910 à 1914, de bas en haut et symétriquement disposées : Saint Pierre et Saint Paul, Saint Martin et Saint Rémi, Saint Louis-Marie Grignion de Montfort et Saint Vincent de Paul, Sainte Anne et Saint Joachim, Saint Hyacinthe et Saint Bernard, enfin Saint Jean Baptiste et Saint Jean l’Apôtre.
Autour de la coupole centrale, les deux bras du transept et le chœur sont percés de chapelles rayonnantes ornées de mosaïques réalisées par Giandomenico Facchina, dont une partie en émaux de Briare, qui aident à méditer les quinze Mystères du Rosaire (plus précisément les mystères joyeux, douloureux, glorieux), dessinés par des artistes différents sur un espace de treize années.

Visite de la Basilique. Photos Philippe Champion

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Advertisements