Pyrénées Sports. Championnats du Monde de para-snowboard à la Molina (Espagne).

Début des premiers Championnats du Monde de para-snowboard !

Cécile Hernandez -Cervellon, aux JO de Sotchi 2014. Crédit CPSF G. Picout

Cécile Hernandez -Cervellon, aux JO de Sotchi 2014. Crédit CPSF G. Picout

Du 23 au 28 février, la station espagnole de la Molina accueille les premiers Championnats du Monde IPC de para-snowboard. Parmi les 80 concurrents engagés, la surfeuse des Angles (66), Cécile Hernandez-Cervellon sera la seule représentante française. Actuellement en tête de la Coupe du Monde, elle a à cœur de prouver que sa médaille d’argent remportée l’année dernière aux Jeux Paralympiques de Sotchi n’était pas due au hasard.

Une discipline en pleine évolution

Depuis l’introduction réussie du Para-snowboard dans le programme IPC lors des Jeux Paralympiques de Sotchi deux grandes évolutions sont à noter :

1. La mise en place de deux catégories pour les coureurs atteints des membres inférieurs :
La classe SB-LL1 regroupe les athlètes ayant un handicap sur la totalité d’une jambe (par exemple une amputation au-dessus du genou) ou une déficience combinée significative des deux jambes (par exemple importante faiblesse musculaire ou spasticité dans les deux jambes).
La classe SB-LL2 concerne les athlètes ayant une déficience sur « une demi jambe » (par exemple une amputation sous le genou), ou deux jambes avec moins de limitation d’activité.

2. L’instauration de finales « un contre un » en boarder-cross et l’apparition d’une nouvelle discipline : le slalom parallèle.

Deux chances en or pour la France !

Cécile Hernandez-Cervellon, classée SB-LL1, voudra confirmer son excellent début de saison. Actuellement en tête de la coupe du Monde et de la coupe d’Europe, elle a remporté toutes les épreuves auxquelles elle a participé. Elle devra toutefois se méfier de l’Américaine Nicole Roundy, qui compte bien bousculer l’ordre établi.

Cécile Hernandez-Cervellon explique : « Depuis ma médaille d’argent à Sotchi, je n’ai qu’une seule idée en tête, devenir Championne du Monde. Depuis mon retour des Jeux Paralympiques, je me prépare pour cette compétition. J’ai beaucoup travaillé physiquement cet été pour mieux gérer les déséquilibres dus à mon handicap. Techniquement, j’appréhende de mieux en mieux les contraintes de la piste. Le fait d’être en confrontation direct avec mes adversaires rend les courses plus spectaculaires et encore plus captivantes. Je vais donner le meilleur de moi-même pour prouver que ma médaille de l’année dernière ne doit rien au hasard, mais surtout je veux que ma fille soit fière de moi ».

Le programme de Cécile :

Mardi 24 février : Snowboard cross
Vendredi 28 février : Slalom parallèle

Publicités