Culture. 32ème Festival de Gavarnie dans les Hautes-Pyrénées.

Dracula, Prince des Ombres, du 25 juillet au 06 août 2017.Jouer dans un lieu grandiose.

Le Cirque de Gavarnie, taillé pour un roman fantastique, devient la scène la plus haute d’Europe !

Quand on demande à des amateurs de littérature fantastique quel est le chef d’œuvre indiscuté des histoires de vampires…. Dracula de l’écrivain irlandais Bram Stoker est cité en premier. Après les grands mythes que sont Ulysse et Merlin, c’est à un genre peu abordé au théâtre que le metteur en scène Bruno Spiesser et la troupe du Théâtre Fébus ont décidé de s’attaquer : la littérature fantastique. Pour ce 32ème Festival de Gavarnie, le Cirque de Gavarnie inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO dans le bien Pyrénées-Mont Perdu, sera la scène à ciel ouvert de Dracula, Prince des ombres du 25 juillet au 6 août.

L’Histoire…

Le récit se déroule entre l’Angleterre et la Transylvanie au XIXème siècle. Par ses pouvoirs de métamorphose, Dracula provoque la crainte et le rejet mais suscite aussi le désir et l’amour. Loin des images d’épouvantes et d’horreur, Dracula de Bram Stocker nous fascine parce qu’il mène dans les recoins les plus profonds de l’âme humaine avec ses peurs et ses angoisses mais aussi ses joies et son héroïsme. Adapter Dracula à Gavarnie est un pari, une gageure à la dimension du site grandiose et majestueux qu’est le Cirque de Gavarnie. Afin de permettre à Dracula de renaitre et d’assouvir ses pulsions sanguinaires, le site se transformera au fur et à mesure de l’histoire. Dracula errera entre les recoins mystérieux et embrumés de Londres et son château des Carpates. Fiacres caracolant au clair de lune, ambiance tsigane, vampires grimpant sur les arêtes des rochers ou glissant sur les pentes herbeuses, navire dans la tempête… une nouvelle fois le spectacle sera partout où on ne l’attend pas.

Nul doute que Dracula, Prince des ombres remportera un franc succès auprès des nouvelles générations particulièrement férues de littérature fantastique. Cette année, les 11 comédiens nous inviteront à vivre un rêve flou. Frisson, folie, vertige, métamorphose, rien ne sera écarté pour faire revivre un moment étrange et unique aux petits comme aux grands lors du spectacle le plus haut d’Europe à 1 450 mètres d’altitude !

La réservation des places, un nouveau challenge…

Afin de répondre aux nouvelles directives, les responsables du Festival de Gavarnie ont fait le choix de mettre en place une billetterie datée pour chaque soirée. Finie l’éventualité d’acheter un billet non daté et de ne pas trouver de place assise à son arrivée. Désormais, les réservations se font directement sur le site festivaldegavarnie.festik.net. Chacun aura la garantie de trouver une place assise à son arrivée. Par ailleurs et pour la première fois dans l’histoire du Festival de Gavarnie, le paiement par carte bleue est désormais possible sur le site même.

Renseignements pratiques…

http://www.festival-gavarnie.com – 05 62 92 49 10

Sur réservation : festivaldegavarnie.festik.net (billet daté)

Adulte : 23€ / Etudiants, demandeurs d’emploi : 15€

Jeunes de 6 à 18 ans : 10€ / Enfants moins de 6 ans : gratuit

Points de vente Particuliers…

Billetterie à partir de 19h sur le site de la Courade (paiement par carte bleue possible). Par correspondance avant le 8 juillet à l’adresse du Festival – Chèque à l’ordre de Fébus Gavarnie. Par Internet : festivaldegavarnie.festik.net

Offices de Tourisme de Gavarnie, Gèdre, Pierrefitte-Nestalas, Luz-Saint-Sauveur, Lourdes, ArgelèsGazost, Cauterets, Tarbes, Pau

Restauration…

Buvette et petite restauration tous les soirs de 19h à 21h. Possibilité d’apporter son pique-nique

Le Cirque de Gavarnie se situe dans les Hautes-Pyrénées à 1h15 de Tarbes et 50 minutes de Lourdes. Il faut compter ½ heure de marche pour accéder sur le lieu de spectacle. Le retour se fait à la lueur des flambeaux. Site plein air. Prévoir des vêtements chauds.

affiche

Publicités

Aéroport de Pau Pyrénées. Vols directs vers la Côte d’Azur !

Deux vols par semaine à partir d’avril 2017.

copyright-volotea

Copyright Volotea.

Volotea, la compagnie aérienne des capitales régionales européennes vient d’annoncer son arrivée à l’aéroport de Pau Pyrénées. La compagnie lancera officiellement ses opérations au départ de ce nouvel aéroport en avril prochain avec la nouvelle ligne Pau – Nice, qui sera opérée 2 fois par semaine. Les billets sont déjà disponibles à la vente sur www.volotea.com.

Lors de la conférence de presse annonçant cette nouvelle ligne, les responsables de Volotea, de la CCI Pau Béarn et du SMAP se sont exprimés…

« Nous sommes ravis de pouvoir continuer à nous développer dans le Sud-Ouest de la France. De plus, Pau est un aéroport qui dispose d’un potentiel intéressant pour Volotea et devrait nous permettre de conquérir de nouveaux clients. Cette nouvelle ligne domestique entre Pau et Nice devrait séduire les gens de la région qui disposeront d’un moyen supplémentaire pour rejoindre la Côte d’Azur grâce à des vols directs, rapides, confortables et à bas prix » a déclaré Edo Friart, Directeur du Développement International de la compagnie.

« Nous sommes particulièrement heureux d’accueillir la compagnie Volotea, nouvelle venue sur notre aéroport et au départ de notre région, avec l’ouverture d’une liaison sur Nice nouvelle destination également. Au regard de la croissance rapide et exponentielle de cette jeune compagnie, c’est le début d’une collaboration durable et prometteuse avec Volotea, qui se développera sans aucun doute au départ de Pau Pyrénées sur d’autres destinations domestiques et européennes. Nous lui souhaitons la bienvenue et nous serons à ses côtés » a également déclaré Patrick De Stampa, Président de la CCI Pau Béarn, actuelle gestionnaire, et partie intégrante de la SEA Air’py, futur exploitant en 2017.

« La nouvelle concession avec Air’py n’a pas encore démarré, que les premiers signes attendus d’une diversité de destinations et d’une croissance de trafic commencent à apparaître. Nous sommes très heureux d’une destination comme Nice, qui répond aux aspirations de notre agglomération de Pau, du Béarn et des Pyrénées. » ajoute Jean Paul Brin, Président du SMAP, syndicat mixte des collectivités propriétaires de l’aéroport.

À l’occasion de l’annonce de cette nouvelle ligne, Volotea lance une promotion exceptionnelle : du 13 au 18 octobre inclus des billets à partir d’1 euro pour partir à la découverte de la ville de Nice.

A propos de Volotea… Lire la suite

Parc national des Pyrénées. Faune.

Quiétude hivernale… Une affaire de survie !

Mâle Chant, Neige

Préserver la quiétude du Grand Tétras. Ph. C. Cuenin PNP.

Après une journée en montagne, l’hiver, quel plaisir de rentrer se réchauffer… La faune sauvage n’a pas cette chance. Pour survivre durant les mois d’hiver où le froid, la neige et la rareté de la nourriture se font oppressants, ils puisent dans les petites réserves de graisse accumulées durant les douces saisons.

Une randonnée en raquettes, ski de rando, peut, sans que nous le voulions, avoir de funestes conséquences : le bruit va déranger les animaux. Stressés, ils vont s’enfuir en puisant dans leurs réserves déjà justes suffisantes pour passer l’hiver. Quelques dérangements peuvent suffire à affaiblir les individus jusqu’à leur mort, augmenter leur vulnérabilité aux prédateurs ou au moins avoir des conséquences sur la reproduction printanière à venir.

Zones d’hivernage…

Afin de préserver la quiétude des galliformes notamment Grand tétras et Lagopèdes alpins, le Parc national a aménagé et signalé par des panneaux, trois zones de refuge afin d’apporter une quiétude sur ces zones d’hivernage :
– Au col du Somport, en vallée d’Aspe (64), à cheval sur la frontière franco-espagnole, la zone de quiétude s’étend sur les crêtes. Elle est constituée de deux zones de part et d’autre du col de Bessata sur une superficie de 20 hectares environ. L’habitat constitué d’une pineraie de pins à crochets leur est favorable.
– Au cirque de Gavarnie (65), deux zones de quiétude sont matérialisées aux abords des bois de Bourlic et de Bédérou.
– Dans la Réserve naturelle du Néouvielle (65), des panneaux d’information positionnés à Artigusse, aux lacs de l’Oule et d’Orédon, présentent des itinéraires à privilégier.
Par ailleurs, en vallée d’Aure (65), une formation sur le dérangement hivernal est dispensée par les gardes moniteurs aux professionnels de la montagne. Qu’ils soient guides, gardiens de refuge, accompagnateurs en montagne, instructeurs du Club Alpin Français, ils sauront reconnaître des endroits susceptibles d’accueillir les galliformes et comment les éviter. Ils pourront ainsi, à leur tour, sensibiliser leurs clients.

Pour plus d’infos…

Une plaquette sur le dérangement hivernal « A ski et raquettes, partez à la découverte du silence » est disponible dans les Maisons du Parc national des Pyrénées et en téléchargement sur http://www.parcpyrénées.com (www.parc-pyrenees.com/diffusion-des-donnees/cat_view/71-support-de-communicationdu-parc-national/83-fiches-dinformation.html ).
Découvrez sur le site internet du Parc national, le documentaire réalisé par le Parc national des Pyrénées qui revient en quelques minutes sur les recommandations et réflexes à prendre afin que randonner reste un plaisir pour tous… http://www.parc-pyrenees.com/clips/1307.html

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Toulouse. Culture Exposition.

« L’écriture du temps – Paysages géologiques »…

Une vue de l'exposition des clichés de Pierre Meyer.

Une vue de l’exposition des clichés de Pierre Meyer.

Le site Pyrénées – Mont-Perdu s’invite à l’Espace EDF Bazacle de Toulouse. Les roches ont une histoire que la photographie en noir et blanc sublime, mieux que n’importe quel autre moyen».

Tout au long de l’exposition « L’écriture du temps – Paysages géologiques », le photographe pyrénéen Pierre Meyer nous propose un voyage au fil des spectaculaires formations et déformations imprimées dans les grès, les calcaires et les granits du site Pyrénées – Mont-Perdu classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Vingt-six photographies de la vallée du site Pyrénées – Mont-Perdu qui poussent à la contemplation, vingt-six photographies qui montrent toute la puissance qu’il a fallu pour que ces paysages se façonnent au cours du temps. Lire la suite

Faune des Pyrénées. Décès d’un des bouquetins ibériques réintroduits.

Pitou retrouvé mort sur le versant des Pyrénées espagnoles.

Pitou le Bouquetin ibérique lors de son lâcher. Ph. J-P. Crampe.

Pitou le Bouquetin ibérique lors de son lâcher. Ph. J-P. Crampe.

Grand et beau bouquetin mâle de 10 ans originaire de Sierra de Guadarrama, Pitou est arrivé dans le Parc national des Pyrénées lors du lâcher du 10 octobre 2014.

Son comportement exploratoire l’avait mené dès la fin octobre 2014 en Espagne, à proximité de Canfranc. Il n’avait pas quitté cette zone bien que se retrouvant seul loin de ses congénères. Grâce aux bonnes relations entretenues avec les services du gouvernement d’Aragon, le suivi minutieux de ses déplacements et de ses comportements se poursuivait. Mi-décembre, le collier GPS qu’il portait semblait ne plus indiquer de mouvement de sa part. Les agents de l’environnement et de la chasse du gouvernement aragonais se sont rendus sur place et n’ont pu que constater son décès. La cause de la mort reste encore indéterminée.
Après le décès de Sumo dans une avalanche l’hiver dernier sur les hauteurs de Cauterets (65), la mort de Pitou est la seconde perte à déplorer parmi les Bouquetins ibériques réintroduits au sein du Parc national. Il faut cependant tenir compte aussi de la disparition d’un autre individu, Chico, dont on a perdu la trace depuis le printemps 2015. Malgré ces pertes, le taux de survie de 95% est particulièrement important et bien au-dessus des taux habituellement rencontrés pour ce type d’opération.
A ce jour, la population de Bouquetins ibériques présente dans le Parc national des Pyrénées est de 61 individus dont 23 mâles.

Sur la carte les déplacements de Pitou.

Sur la carte, les déplacements de Pitou.

Patrimoine de l’Aragon (Espagne).

Situé dans les Pyrénées aragonaises, le Vieux Monastère de San Juan de la Peña est un trésor de l´époque médiévale.

Le cloître du Vieux Monastère de San Juan de la Peña.

Le cloître du Vieux Monastère de San Juan de la Peña.

Les vestiges existants sont d’excellents témoins des successives formes artistiques des différentes époques dans lesquelles ce Monastère a vécu, surtout à l´Époque Romane (du XIème au XIIIème siècle) avec des remarquables œuvres d´architecture, de peinture et surtout de sculpture. L´ensemble historique artistique de San Juan de la Peña se complète avec le Nouveau Monastère, du XVIIème siècle et avec les églises de Saint Caprasio et Sainte Marie, toutes les deux de la période romane et situées dans la localité de Santa Cruz de la Serós.

L’ensemble, situé sur le surplomb du rocher qui lui donne son nom, comprend une vaste chronologie qui est entamée dans le Xème siècle, et il est parfaitement intégré dans son exceptionnel environnement naturel. A l’intérieur, se distinguent l’église préromane, les peintures de Saint Cosme et de Saint Damian (XIIème siècle), appelé Panthéon des Nobles, l’église supérieure, consacrée en 1094, et la chapelle gothique de San Victorián, mais ressort surtout le magnifique cloître roman, œuvre de deux ateliers différents. À tout cela il faut ajouter d’autres bâtiments postérieurs aux siècles médiévaux, entre lesquels il convient remarquer le Panthéon Réel, de style néoclassique, érigé dans le dernier tiers du XVIIIème siècle.
Ruiné à la fin du Xème siècle, la refondation du Monastère a été réalisée sous le nom de San Juan de la Peña par le Roi Sanche de Navarre dans le premier tiers du XIème siècle. Ce Monarque a été celui qui a introduit dans le Monastère la règle de Saint Benoît, norme fondamentale à l´Europe médiévale. Tout au long de ce siècle, le centre s’est étendu avec de nouvelles constructions en se transformant en panthéon de Rois et monastère préféré de la naissante monarchie aragonaise qui l’a doté avec de nombreux biens.

Le Berceau du Royaume d’Aragon… Lire la suite