Argelès-Gazost (65)

Second tournoi de bridge de la ville d’Argelès-Gazost, dimanche 15 septembre !

Le Hall des Thermes accueille le tournoi de Bridge.

Le Hall des Thermes accueille le tournoi de Bridge.

Pour la seconde fois, Argelès-Gazost propose aux amateurs de carte, un tournoi de bridge organisé par le Bridge Club lourdais en partenariat avec le Comité de l’Adour de la Fédération Française de Bridge.

Dans un cadre exceptionnel, le hall des Thermes, 160 joueurs amateurs ou professionnels sont attendus de toute la France. Le tournoi débutera à 14h30 sous la direction d’un arbitre fédéral. Une nouveauté cette année, avec l’inscription qui est offerte aux juniors. Une remise des prix clôturera le tournoi suivi d’un cocktail dans les salons du Casino. La municipalité, l’office de tourisme, les Thermes, le Casino, des commerçants et des entreprises locales se sont fortement investis pour la réussite de cet évènement. Près de 8 000 € de prix seront distribués.
Inscrivez-vous ! Il reste quelques places !

Le programme :

Accueil des participants au Hall des Thermes dès 13h30 ; Tournoi de 14h30 à 18h30 ; 19 heures, remise des prix au Casino ; 19h30, cocktail dinatoire.
Informations pratiques : Droits d’engagement 20 € ; Inscription sur le site du Comité de l’Adour : http://www.adour-bridge.com ou au club au 05 62 94 17 47. Toutes les paires seront dotées. 8 000€ de prix.

Publicités

EDF. Prudence aux bords des rivières

Marion, Paul et Vincent vous conseillent tout au long de vos vacances.

Marion, Paul et Vincent vous conseillent tout au long de vos vacances.

Cet été en montagne, EDF se mobilise pour la sécurité des touristes et des pêcheurs en rivière.

Pour les mois de juillet et août, avec l’arrivée des vacanciers dans nos départements des Hautes-Pyrénées et Pyrénées-Atlantiques, EDF emploie 6 jeunes hydroguides dont la mission est d’aller à la rencontre du public pour sensibiliser et donner les conseils élémentaires de prudence sur les rivières équipées d’aménagements hydroélectriques. Cette année, Marion a la charge du secteur au-dessus d’Arrens-Marsous vers le lac du Tech, Vincent sur le Val d’Azun et Paul sur le Pays Toy (vallées de Luz et de Gavarnie).
Encadrés et formés par les hydrauliciens d’EDF, ces jeunes sillonnent les cours d’eau de nos régions équipés d’installations hydroélectriques (Nestes, Adour, Gaves, Nives ..). Leur rôle est d’informer les personnes qui fréquentent les rivières, en parcourant les berges et en intervenant sur les lieux de villégiature : campings, centres de vacances, clubs et associations de sports d’eau vive…
A tout instant, pour satisfaire très rapidement la demande en électricité des clients, le fonctionnement des barrages et centrales hydroélectriques peut occasionner des lâchers d’eau. L’augmentation des débits qui en résulte peut mettre en difficulté les personnes qui s’aventurent au milieu du lit d’une rivière : courants forts, submersions d’îlots et rochers isolés.

A titre préventif, les consignes de sécurité à adopter sont les suivantes :

Respecter les consignes de sécurité.

Respecter les consignes de sécurité.

. Ne pas s’installer sur les îlots au milieu de la rivière et rester sur la berge en dehors du lit de la rivière.
. Ne pas s’installer dans les zones balisées d’un panneau signalant la présence d’un risque et respecter les zones de baignade.
En complément de cette présence quotidienne au bord des cours d’eau, EDF décline le thème de la prudence en rivière par de multiples actions de prévention :
. Une campagne d’information : tout l’été, dans les « Guides de l’été » de la presse régionale.
. Un large affichage dans les lieux publics : mairies, offices du tourisme, hôtels, campings, centre de vacances, colonies, clubs sportifs …
. Une signalétique : des centaines de panneaux jaunes « Prudence » sont installés le long des cours d’eau.
. Un système d’information pour les canyons à l’aval des barrages d’Ossoue et des Gloriettes : la possibilité de connaître le niveau de ces retenues en composant le 05 62 92 46 13.

Gèdre (65)

Crue du Gave de Pau : aucun impact sur les barrages exploités par EDF.

 Photo webcam du déversoir du barrage des Gloriettes le 19 juin.


Photo webcam du déversoir du barrage des Gloriettes le 19 juin.

Suite à la crue exceptionnelle du Gave de Pau, EDF a lancé la procédure de contrôle prévue en pareille circonstance et confirme que ses barrages n’ont subi aucun impact.

Depuis le début de la crue, les équipes EDF sont mobilisées 24h/24 pour assurer la surveillance et la sûreté des centrales et barrages sur ce territoire. L’ensemble des contrôles et mesures ont permis de s’assurer du bon comportement des ouvrages et de confirmer que la crue n’a eu aucun impact sur les barrages exploités par EDF.
Le directeur du GEH Adour et Gaves, Christian Caussidéry, explique:  » Il est important de savoir que le risque de crue est prévu dès l’origine, à la conception même de l’ouvrage. Des aménagements complémentaires sont prévus tout au long de la vie des ouvrages pour s’adapter à l’évolution de la réglementation et des conditions climatiques « .
Sur le barrage des Gloriettes, EDF a ainsi construit un nouveau dispositif d’évacuation de crues extrêmes pour faire face aux nouvelles situations. Lors de la dernière crue, ce nouveau dispositif a parfaitement fonctionné.
Mis en service en 1952, le barrage des Gloriettes est le réservoir principal de la centrale hydroélectrique EDF de Gèdre. Il disposait à l’origine d’un évacuateur de crue capable d’évacuer 70 m3/s, débit jugé aujourd’hui insuffisant suite aux dernières études de réévaluation du risque de crue extrême.
Pour répondre à cette nouvelle contrainte et garantir la sûreté des personnes et des biens, EDF, en concertation avec les Services de l’Etat, a construit un nouvel évacuateur de crue situé au niveau du mur de fermeture en rive droite. Ce dispositif vient compléter l’évacuateur existant, portant ainsi la capacité totale d’évacuation à 150 m3/s.

Pyrénées

Crue du Gave de Pau : aucune influence des barrages sur ce phénomène naturel !

L'évacuateur de crues en touches de piano du barrage des Gloriettes en action.

L’évacuateur de crues en touches de piano du barrage des Gloriettes en action.

Suite au redoux du week-end dernier et à l’épisode pluvieux actuel, la fonte des neiges s’est accélérée provoquant une nouvelle crue exceptionnelle du Gave de Pau.

Dans ce contexte exceptionnel, les équipes d’EDF sont mobilisées 24h/24 pour assurer la surveillance et la sûreté des centrales et barrages situés sur ce territoire. Christian Caussidéry, directeur du GEH Adour et Gaves, donne des explications sur le rôle des barrages :  » Les barrages d’EDF n’ont pas pour rôle d’écrêter les crues, mais ils peuvent, si leur niveau de remplissage le permet, stocker partiellement le volume et lisser les débits. Dans les Hautes-Pyrénées, les grands barrages d’altitude (Cap de Long, Migouélou, Gréziolles) ont actuellement un niveau de remplissage très bas et vont permettre de stocker tous les apports entrants. Les barrages de moyenne altitude de plus faible capacité de stockage sont dorénavant pleins et restituent intégralement les débits entrants. Le barrage des Gloriettes, a fait l’objet d’importants travaux en 2009 et 2010 avec la construction d’un nouvel évacuateur de crues en « touches de piano » qui a permis de doubler sa capacité totale d’évacuation portée dorénavant à 150 m3/s.  »
A noter que depuis le début de la période de crue, EDF est en contact étroit avec les préfectures et les services de l’Etat (DREAL et Services de prévision des crues) pour échanger sur les dernières actualités et prendre les décisions qui s’imposent.

Eygun – Lescun (64)

EDF. Les travaux de réparation de la centrale en cours d’achèvement

Prise en charge par un hélicoptère

Prise en charge par un hélicoptère

Les travaux de réparation de la conduite forcée de la centrale hydroélectrique d’Eygun-Lescun sont en cours, avec le remplacement d’une partie de la conduite forcée alimentant les groupes de production.

Héliportage sur le site

Héliportage sur le site

Le directeur du GEH Adour et Gaves, Christian Caussidéry, revient sur l’incident qui s’est produit en 2012 : « Le 26 avril 2012, suite à une surpression due à une fermeture rapide de l’alimentation de la turbine du Groupe 4 de la chute de Lescun, la conduite forcée s’est rompue au niveau du massif béton M2. Immédiatement l’installation a été mise en sécurité grâce aux protections en place. Ainsi la vanne de tête, qui est l’organe de protection contre ce type d’incident, s’est refermée, coupant ainsi l’arrivée d’eau afin de protéger les installations situées en contrebas. L’eau contenue dans la partie haute de la conduite forcée s’est écoulée vers la rivière jouxtant l’usine entraînant une coulée de boue « .

Remplacement de la conduite forcée

Remplacement de la conduite forcée

Les différentes analyses et investigations sur les causes de la rupture de la conduite forcée ont permis de comprendre le dysfonctionnement à l’origine de la surpression, à savoir la fermeture instantanée de l’alimentation de la turbine. Pour éviter qu’un tel incident ne se reproduise, de nouvelles parades sont mises en place tant au niveau des groupes de production que des automatismes. Enfin, une partie de la conduite forcée est remplacée sur une longueur de 7 mètres. Le joint de dilatation et le massif béton directement concernés par cet incident sont également réhabilités. Le redémarrage de la chute de Lescun est prévu pour la fin du printemps 2013.

La centrale d’Eygun – Lescun

Mise en service en 1931, cette concession a été renouvelée en 2007 pour une durée de 40 ans. Deux chutes indépendantes sont regroupées dans la même centrale :
· La chute de Lescun, d’une hauteur de 318m, d’une puissance de 15mW (2 groupes Pelton)
· La chute d’Eygun, d’une hauteur de 186m d’une puissance de 12 mW (1 groupe Francis)
La production annuelle en énergie renouvelable de la centrale d’Eygun-Lescun correspond à la consommation domestique annuelle d’une ville de près de 50 000 habitants.

Environnement. Parc national des Pyrénées

Protéger la ressource en eau des Pyrénées

Signatures des conventions par les différents partenaires

Signatures des conventions par les différents partenaires

Deux accords-cadres signés pour protéger la ressource en eau des Pyrénées.

Le premier entre le Parc national des Pyrénées et l’agence de l’eau Adour-Garonne sur l’ eau et les milieux aquatiques dans le Parc national.
Le second entre le Parc national des Pyrénées, le Club Alpin Français, la commission syndicale de la vallée de Saint-Savin et l’agence de l’eau Adour Garonne sur l’eau et l’assainissement des refuges des Pyrénées.
Marc Abadie, directeur général de l’agence de l’eau Adour-Garonne, André Berdou, président du Parc national des Pyrénées, Georges Elzière, président de la Fédération Française des Clubs Alpins Français et André Cazères, président de la Commission syndicale de la vallée de Saint-Savin ont signé ces deux conventions cadre 2012-2016 entre leurs organismes :
– « L’eau et les milieux aquatiques dans le Parc national des Pyrénées »,
– « La maîtrise de l’assainissement et de l’eau potable dans les refuges des Pyrénées ».

Plusieurs actions mises en route Lire la suite