EDF. Conseils de prudence aux pêcheurs sur les cours d’eau.

Ouverture de la Pêche à la Truite… Prudence aux bords des rivières !

3MegaCam

Plaisir de sortir sa première truite Fario en haute montagne.

A l’occasion de l’ouverture de la pêche le 11 mars 2017, EDF, acteur soucieux de la sécurité des personnes, renforce sa campagne de sensibilisation à la prudence auprès des usagers des rivières équipées de centrales et barrages hydroélectriques.

A proximité des installations et en raison des lâchers d’eau nécessaires à la production d’électricité, le niveau de la rivière peut augmenter en quelques minutes. L’augmentation des débits et des courants, la submersion d’îlots ou rochers isolés qui en résultent, peuvent mettre en difficulté les pécheurs qui s’aventurent au milieu du lit d’une rivière. Il est donc dangereux de circuler au milieu d’un cours d’eau en aval d’une centrale ou d’un barrage hydroélectrique.

A titre préventif, les consignes de sécurité à respecter sont les suivantes :

– Rester sur les berges,

– Éviter les zones qui ne permettent pas un repli rapide en cas de montée des eaux,

– Ne pas s’installer dans les zones balisées d’un panneau signalant la présence d’un risque.

Ces conseils de prudence seront relayés, auprès des pêcheurs, par deux hydroguides qui parcourront à l’aval de certains ouvrages hydroélectriques EDF, les samedi 11 et dimanche 12 mars prochains, de 7h 30 à 12h 30, la rivière de l’Agout dans le département du Tarn (81) ainsi que les rivières du Jaur et de l’Orb dans le département de l’Hérault (34). Par un dialogue personnalisé, ils leur rappelleront les règles de prudence à respecter. Il est donc important de respecter scrupuleusement les panneaux jaunes et les pictogrammes qui signalent ces risques.

A propos d’EDF…

Acteur majeur de la transition énergétique, le Groupe EDF est un énergéticien intégré, présent sur l’ensemble des métiers : la production, le transport, la distribution, le négoce, la vente d’énergies et les services énergétiques. Leader des énergies bas carbone dans le monde, le Groupe a développé un mix de production diversifié basé sur l’énergie nucléaire, l’hydraulique, les énergies nouvelles renouvelables et le thermique. Le Groupe participe à la fourniture d’énergies et de services à environ 37,6 millions de clients, dont 27,8 millions en France. Il a réalisé en 2015 un chiffre d’affaires consolidé de 75 milliards d’euros dont 47,2% hors de France. EDF est une entreprise cotée à la Bourse de Paris.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

EDF. Inspection décennale d’un barrage de haute montagne.

Cap-de-Long sous toutes les coutures.

le-lac-de-cap-de-long

Le Lac de Cap de Long.

Logé à plus de 2 000 mètres d’altitude dans les Hautes-Pyrénées, le barrage de Cap-de-Long est le 2ème plus grand réservoir des Pyrénées. Programmé en avril 2017, l’Examen Technique Complet (ETC) du barrage va permettre de procéder à l’inspection décennale réglementaire des parties immergées.

Dans le cadre des exigences réglementaires et en lien avec les services de l’État (DREAL), l’inspection décennale du barrage aura lieu en avril 2017. Pour la rendre possible, la retenue de 67 millions de m3 d’eau doit être abaissée pour permettre le contrôle des parties habituellement immergées, ainsi que des travaux de maintenance sur l’ouvrage. À ce jour, elle a déjà perdu plus de 95 % de son volume. Préparée depuis 2 ans, en concertation avec les services de l’État et les acteurs du territoire pour préserver le milieu aquatique, cette opération d’envergure va garantir la sûreté de l’ouvrage sur le long terme.

Des chantiers en parallèle…

Cet abaissement permet à EDF d’entamer dès février, un lourd programme de maintenance des installations. Le barrage de Cap-de-Long étant l’ouvrage clé de la centrale de Pragnères, EDF profitera de son arrêt pour rénover 2 groupes de production sur 3. En mai 2017, Cap-de-Long se remplira par son bassin-versant et grâce aux pompages de l’eau de la vallée des Gaves. Il alimentera ensuite la centrale de Pragnères, installation à fort enjeu de production hydroélectrique pour les Pyrénées.

Le drone, un service innovant…

Pour la première fois dans les Pyrénées, le contrôle visuel détaillé du parement d’un barrage s’effectuera par le balayage automatique d’un drone programmé. Grâce aux capteurs embarqués, une modélisation 3D de l’ouvrage sera réalisée pour obtenir un diagnostic plus performant. L’utilisation du drone dans ces zones difficiles d’accès permet de réduire et de sécuriser l’intervention.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Parc national des Pyrénées. Faune.

Les vautours, de si illustres méconnus…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Parfois malmenés, si souvent admirés, les vautours ne laissent pas indifférents. En France, sur les quatre espèces de rapaces strictement nécrophages (Famille des accipitridés), trois sont présentes sur le territoire du Parc national des Pyrénées : Gypaète barbu, Vautour percnoptère et Vautour fauve (le Vautour moine n’étant pas nicheur).

Samedi 05 septembre, la journée internationale de sensibilisation aux vautours coordonnée par la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) est l’occasion de mettre en lumière les actions menées par le Parc national des Pyrénées en faveur de ces espèces remarquables et indispensables aux écosystèmes pastoraux. http://journee-vautours.lpo.fr/vautours.php

Les missions du Parc national des Pyrénées

Depuis toujours présents dans le ciel Pyrénéen, Gypaètes barbus, Vautours percnoptères, Vautours fauves sont des espèces protégées qui jouent un rôle d’équarrisseurs naturels de nos montagnes. Dès sa création en 1967, le Parc national s’est attaché à inventorier et suivre les populations de grands rapaces présents sur son territoire et pour lesquelles il avait une responsabilité de conservation forte. Deux espèces sont aujourd’hui concernées par la veille écologique mise en place sur les grands rapaces : le Gypaète barbu (13 couples) et le Vautour percnoptère (25 couples).
Menée sur les grands rapaces, elle consiste à suivre chaque année, l’évolution de la reproduction de la totalité ou d’une partie des couples présents sur le territoire du Parc national des Pyrénées. En fonction des espèces, le suivi est réalisé entièrement par les gardes-moniteurs du Parc national (cas du Vautour fauve) ou en collaboration avec d’autres structures (associations LPO et Groupe d’Études Ornithologiques Béarnais (GEOB) pour le Vautour percnoptère et de la Réserve naturelle régionale d’Aulon et l’Office National de la Chasse et de la faune sauvage, l’Office National de la Faune, Nature Midi-Pyrénées et la LPO).
Le Parc national des Pyrénées s’attache à cette veille écologique. Elle permet d’identifier les facteurs limitant la bonne reproduction ou survie des individus (ex : dérangement) dans l’objectif de mener, le cas échéant, des actions de conservation adaptées. La présence des grands rapaces est d’ores et déjà systématiquement prise en compte dans les porter à connaissance ou avis rendus par le Parc national en zone cœur ou aire optimale d’adhésion.

Conventions avec les utilisateurs de l’espace aérien… Lire la suite

Montagne Pyrénées. Protection de la faune pyrénéenne.

EDF et la LPO partenaires pour la préservation du Vautour percnoptère.

Vautour percnoptère. Ph. B. Berthémy.

Vautour percnoptère. Ph. B. Berthémy.

Une convention de partenariat entre EDF et LPO a été signée afin d’assurer la préservation du Vautour percnoptère.

Après une étude fine des travaux à venir sur les installations hydroélectriques EDF et une analyse des enjeux « rapaces » sur cette même zone, des mesures d’atténuation ont été définies d’un commun accord :
– les moyens héliportés nécessaires aux chantiers hydrauliques seront utilisés en dehors de la période de sensibilité (1er mars – 15 septembre).
– les échanges d’informations entre les signataires sur l’état de la reproduction des oiseaux nicheurs et sur les projets de travaux de maintenance d’EDF seront optimisés.

73 couples recensés sur les Pyrénées

En 2014, 73 couples de Vautour percnoptère ont été recensés sur le versant nord des Pyrénées, dont 12 dans les Hautes-Pyrénées. En 2011, une convention-cadre avait été signée par l’État, EDF et la LPO Pyrénées vivantes à l’échelle du massif des Pyrénées. Elle posait les bases pour une cohabitation harmonieuse entre les activités hydroélectriques et la présence des rapaces bénéficiaires de plans nationaux d’actions que sont le Gypaète barbu et le Vautour percnoptère. Depuis cette date, et en application des principes généraux de la convention-cadre, des conventions filles ont été signées en Ariège et dans les Hautes-Pyrénées.
Récemment, une concertation locale a été menée entre le Groupement d’usines hydroélectriques EDF de Campan (65), l’État, la LPO Pyrénées Vivantes et Nature Midi-Pyrénées afin de prendre en compte la présence de deux couples de Vautour percnoptère.
Il faut espérer que ce travail en commun puisse être récompensé par le succès de la prochaine reproduction et l’envol de jeunes vautours percnoptère l’été prochain.

Montagne Pyrénées. Hydroélectricité avec EDF.

Arrens-Marsous (65) : La conduite forcée en rénovation.

Les travaux ont débuté sur la conduite forcée.

Les travaux ont débuté sur la conduite forcée.

Dans Le Val d’Azun, EDF investit pour la maintenance et la sûreté hydroélectrique de l’aménagement d’Arrens.

L’Entreprise vient d’engager un grand chantier de maintenance et de sûreté sur la conduite hydraulique de l’aménagement d’Arrens. La période du chantier s’étend de juillet à fin octobre 2014. Les travaux consistent à remettre à neuf les peintures extérieures de la conduite forcée ainsi que les ouvrages de génie civil nécessaires à son bon maintien. Ce chantier nécessite l’arrêt des installations, c’est alors aussi l’occasion de remplacer et de rénover les équipements électromécaniques des usines.
Durant cette période, environ 40 salariés EDF et prestataires collaborent au bon déroulement de l’opération. Ce chantier de maintenance permet de réinvestir sur l’avenir et sur un outil de production permettant de couvrir la consommation domestique annuelle d’une ville moyenne de 30 000 habitants.

EDF dans le Val d’Azun…

EDF utilise l’énergie de l’eau pour produire de l’électricité propre et renouvelable. Depuis plus de 50 ans, l’hydroélectricité fait partie intégrante de la vallée. Elle en est même l’un des principaux moteurs économiques.
A partir du barrage de Migouélou situé à 2280 mètres d’altitude, l’eau est turbinée 7 fois par une chaîne composée respectivement des centrales de Migouélou, Tucoy, Plan du Tech, Arrens, Aucun, Nouaux et Lau-Balagnas avant de rejoindre le gave de Pau. L’eau ainsi turbinée par la chaîne hydroélectrique du Val d’Azun permet de produire l’équivalent de la consommation annuelle domestique d’une ville de 160 000 habitants, sans pollution, sans déchets, sans générer de gaz à effet de serre.
L’hydroélectricité dans le Val d’Azun représente une activité économique significative au travers des emplois directs (24 salariés), indirects et de la sous-traitance.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Montagne Pyrénées. Séisme du 29 avril 2014 dans les Hautes-Pyrénées (65).

Aucun impact sur les barrages exploités par EDF !

Le barrage des Gloriettes vers Gavarnie.

Le barrage des Gloriettes vers Gavarnie.

A la suite du séisme de magnitude 4,7 ressenti le 29 avril 2014 dans la région de Lourdes, les techniciens d’EDF Hydraulique Adour et Gaves ont lancé le contrôle des ouvrages hydrauliques prévu dans ces circonstances et confirment que les barrages EDF n’ont subi aucun impact.

Le risque sismique est pris en compte systématiquement lors de la construction d’un barrage. Les exploitants, les ingénieurs et les équipes de maintenance d’EDF surveillent, contrôlent et auscultent régulièrement tous les composants des ouvrages hydrauliques. De plus, ces ouvrages sont équipés de capteurs et appareils de mesures télé surveillés en temps réel par les centres EDF de télé auscultation de Grenoble et Toulouse.

Pendule de surveillance d'un barrage EDF.

Pendule de surveillance d’un barrage EDF.

Le personnel d’EDF Hydraulique Adour et Gaves a été immédiatement informé du séisme qui est survenu ce 29 avril et a lancé toutes les opérations de contrôle et de surveillance prévues. L’ensemble des contrôles et mesures ont permis de s’assurer de l’intégrité des ouvrages et de confirmer que ces séismes n’ont eu aucun impact sur les barrages exploités par EDF.

Montagne Pyrénées. Ouverture de la pêche en 1ère catégorie.

Prudence au bord des rivières !

Plaisir de sortir sa première truite.

Plaisir de sortir sa première truite.

A l’occasion de l’ouverture de la pèche en 1ère catégorie, EDF, acteur soucieux de la sécurité des personnes, renforce sa campagne de sensibilisation à la prudence auprès des usagers des rivières équipées de centrales et barrages hydroélectriques.

A proximité des installations et en raison des lâchers d’eau nécessaires à la production d’électricité, le niveau de la rivière peut augmenter en quelques minutes. L’augmentation des débits et des courants, la submersion d’îlots ou rochers isolés qui en résultent, peuvent mettre en difficulté les pêcheurs qui s’aventurent au milieu du lit d’une rivière. Il est donc dangereux de circuler au milieu d’un cours d’eau en aval d’une centrale ou d’un barrage hydroélectrique.

A titre préventif, les consignes de sécurité à respecter sont les suivantes :

– Rester sur les berges ;
– Éviter les zones qui ne permettent pas un repli rapide en cas de montée des eaux ;
– Ne pas s’installer dans les zones balisées d’un panneau signalant la présence d’un risque.

Il est donc important de respecter scrupuleusement les panneaux jaunes et les pictogrammes qui signalent ces risques.
Calme apparent, risque présent ! Même par beau temps, l’eau peut monter rapidement.

Ce diaporama nécessite JavaScript.