Pyrénées. Découverte artistique.

Une Artiste expose ses œuvres…

Marie Colombie devant une de ses œuvres.

Marie Colombie devant une de ses œuvres.

Connue dans le monde de la photo pour ses jolis clichés pris dans le Luchonnais (31), Marie Colombie a une autre corde à son arc qui mérite d’être connue !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A partir d’affiches, elle créé des tableaux qu’elle expose dans différents endroits des Pyrénées. Marie explique sa façon de procéder :  » J’ai besoin de trois affiches identiques sur un papier adapté pour réaliser un tableau. La première est collée sur un support et me sert de guide. Les autres sont découpées pour mettre en relief. Je recolle les morceaux avec du silicone. Je sculpte le papier et le silicone puis je termine avec un vernis céramique « .

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous pourrez découvrir les créations de Marie Colombie cet été au CCAS EDF de Saint-Lary (65) où sont exposés des tableaux représentant Jean-Jaurès, des compositions à partir d’affiches sur les chemins de fer du Sud-Ouest (Pau, Cauterets, Biarritz) ainsi qu’un tableau réalisé à partir d’une de ses photos d’une mer de nuages.
Au mois d’août, Marie Colombie exposera aussi au CCAS EDF de Luchon et au Grand Hôtel de Superbagnères (31), ainsi qu’à la Maison des Curistes de Luchon, du 16 au 30 août.
Entre Luchon et Saint-Lary, ce sont plus de 60 tableaux qui s’offriront à l’œil des amateurs d’art.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Montagne Pyrénées. Fête de la Montagne.

Les Pyrénées célèbrent la Fête de la Montagne les 27 et 28 juin 2015 !

Le Cirque de Gavarnie au cœur du Parc national des Pyrénées.

Le Cirque de Gavarnie au cœur du Parc national des Pyrénées.

À l’occasion de la 3ème édition de la Fête de la Montagne, événement d’envergure nationale, les acteurs de la montagne et du tourisme des Pyrénées se sont mobilisés pour proposer plus de 45 animations sportives, culturelles et gastronomiques à destination du grand public.

Un temps fort du calendrier estival

Sous l’impulsion de la Coordination Montagne, les acteurs de la montagne et du tourisme se mobilisent chaque année depuis 2013 afin de mettre en avant la richesse du patrimoine de nos massifs et l’étendue des activités que l’on peut y retrouver. En 2014, 260 manifestations étaient au programme et avaient rassemblé plus de 10 000 personnes, le temps d’un week-end. Pour cette 3e édition, 268 événements sont d’ores et déjà inscrits dont 48 dans les Pyrénées !
Entre animations sportives, culturelles et gastronomiques, chaque participant, qu’il vienne seul, en famille ou entre amis, pourra choisir l’événement correspondant le mieux à ses attentes. L’expérience montagne peut se prolonger en s’évadant une nuit dans les refuges de la chaîne pyrénéenne !

1431432922805-affiche_2015_OK_print-1Exemples d’activités au programme dans les Pyrénées…

Canyoning, rafting, parapente, tyrolienne, escalade, course d’orientation, équitation, grimpe d’arbres, marche nordique, parcours aventure, randonnées, jeux de découverte, démonstration secours en montagne, slackline, pêche, spéléologie, art local, découverte de la faune et la flore, dégustation de produits locaux, musique, soirée conviviale, nuit en refuge… et bien d’autres activités.

Retrouvez tous les événements inscrits sur http://www.fetedelamontagne.org

En quelques clics, effectuez votre recherche par zone géographique puis par thèmes ou mots clés pour retrouver les événements près de chez vous.

Les chiffres de la Montagne en France

-  23% du territoire national est constitué de zone montagne,
-  La montagne se place en 3e position des destinations touristiques,
-  73% des Français se déclarent « attirés » par la montagne,
-  9 milliards de chiffre d’affaires lié au tourisme en montagne,
-  62 500 salariés à temps plein ou équivalent dans le domaine du tourisme en zone de montagne (25% à 80% des emplois en fonction des zones).

Montagne Pyrénées. Faune pyrénéenne.

Dame Marmotte s’est réveillée !

Dame Marmotte a besoin de reprendre des forces.

Dame Marmotte a besoin de reprendre des forces.

Au printemps, la marmotte se réveille et les premiers randonneurs peuvent la contempler. Mais attention, respectez la, car elle a besoin de reprendre des forces !

La marmotte est un vrai hibernant. Pendant la période hivernale, sa température peut chuter de 38° à 8° (voir 4°), son poids passant de 5 à 2,5 kg. C’est pourquoi, à la fin de l’hiver, nos habitants des montagnes sont affaiblis et demandent le plus grand respect possible… Le temps pour eux, de reprendre des forces.

Petit historique sur cet animal si attachant

Connaissez-vous les origines de ce petit animal qui émet un sifflement si aigu, bien reconnaissable, prévenant ses congénères de votre présence, quand vous êtes en randonnée ?

La disparition des marmottes dans les Pyrénées est située, grosso modo, vers la fin du Würm (période glaciaire – 12 000 ans). Les premiers apports d’individus ont lieu le 15 mai 1948. Le docteur Couturier et messieurs Knobel et Sabatut, après avoir capturé six marmottes dans le massif du Queras, dans les Alpes, les relâchent dans le vallon du Barrada, en vallée de Luz. La même année monsieur Boyrie lâche quatre à cinq individus en vallée de Cauterets, près du pont d’Espagne. Quatre ans plus tard, d’autres marmottes furent relâchées dans le vallon du Barrada, et, en 1954, vingt-cinq individus étaient dénombrés dans la vallée de Luz.
D’autres lâchers, à l’initiative de personnes ou de fédérations départementales de chasseurs, notamment des Hautes-Pyrénées, eurent lieu ensuite, sur tout le massif pyrénéen. Les motivations furent nombreuses : le plaisir des yeux, donner un moyen d’alerte (par les longs sifflements de la marmotte) aux isards pour les prévenir de l’approche des chasseurs, et ainsi limiter l’impact de la chasse, et favoriser le retour de cette espèce…

Des Marmottes dans le Parc national des Pyrénées

En 1968, le Conseil scientifique du Parc national des Pyrénées reprend l’idée à son compte. Il préconise de favoriser le développement de l’espèce dans la zone du Parc, en multipliant les implantations, de façon à permettre à l’espèce d’occuper une place vacante dans la chaîne alimentaire, au bénéfice de l’aigle royal.
De 1969 à 1974, près d’une cinquantaine de marmottes sont ainsi relâchées dans la plupart des vallées du Parc. Il faut savoir que sur la zone cœur du Parc national des Pyrénées, il y a environ trois colonies de marmottes pour 100 hectares. Une colonie compte de dix à onze individus. Dans les meilleurs sites, on peut arriver à une marmotte par hectare.

Culture. Découverte du Patrimoine avec votre vélo.

Les 06 et 07 juin 2015, c’est la 19ème édition de la Fête du Vélo !

Sortir en famille pour la Fête du Vélo.

Sortir en famille pour la Fête du Vélo.

Évènement national réunissant plus de 500 000 passionnés de la petite reine depuis 1996, la Fête du Vélo revient près de chez vous pour une 19ème édition avec de nombreuses manifestations gratuites, familiales et festives organisées partout en France.

afficheEnvie d’une promenade en famille ou d’une sortie sportive ? La Fête du Vélo réunit plus de 1 000 animations, gratuites et accessibles à tous, organisées par 450 communes, villes et associations sur l’ensemble du territoire français. À l’initiative du Comité de Promotion du Vélo, et grâce à plus de 8 000 bénévoles mobilisés localement, la Fête du Vélo rassemble tous les amoureux du vélo autour de centaines d’initiatives, telles que des randonnées en famille, des circuits découvertes, des courses ou démonstrations sportives, mais aussi des brocantes, des balades nocturnes ou encore des expositions photos…
Cette année, la Fête du Vélo aura pour thèmes « La découverte en famille et patrimoine» et « Le vélo en ville ». Activité familiale, le vélo apporte bien des avantages, en seulement quelques coups de pédales. Il permet de partager un moment convivial en famille ou entre amis, de découvrir le patrimoine de nos Régions mais aussi de se déplacer quotidiennement tout en étant respectueux de l’environnement ! L’édition 2015 adopte un « dress code » en invitant tous les participants à venir habillés en bleu.

Toutes les manifestations sur : http://www.feteduvelo.fr

Montagne Pyrénées. Faune.

Les Vautours victimes de mensonges et de désinformation !

Un Vautour fauve en vol. Ph. B. Berthémy.

Un Vautour fauve en vol. Ph. B. Berthémy.

Les vautours souffrent d’une mauvaise réputation : assimilés à tort à des prédateurs, ces nécrophages assurent pourtant un rôle écologique très important. En nettoyant les cadavres, ils évitent la transmission de pathogènes et jouent un rôle d’équarrisseurs naturels, gratuits pour les éleveurs. Ils sont, à ce titre, des alliés importants des éleveurs.

« Non, les vautours n’ont pas changé de comportement au point de devenir prédateurs. Ils ont certes pu et dû s’adapter aux évolutions des modes de conduites des élevages afin de saisir les opportunités de pitances mais leur morphologie et leur comportement ne leur permettent pas de tuer un animal en bonne santé ni en pleine possession de ses moyens comme le ferait tout simplement un prédateur » assure Olivier Duriez, ornithologue et enseignant-chercheur au Centre d’Écologie Fonctionnelle & Évolutive de Montpellier 2.
Sur près de 30.000 animaux domestiques qui meurent en estive dans les Pyrénées chaque année, la proportion des déclarations de dommage prétendument attribuée aux vautours n’excède pas 0,06% des pertes annuelles.

Déclaration de dommage Lire la suite

Montagne Pyrénées. Faune.

Des colonies entières d’abeilles décimées !

Continuons à voir une abeille butiner une fleur !

Continuons à voir une abeille butiner une fleur !

Depuis 1995, près de 30% des colonies d’abeilles sont décimées chaque année en France, en Europe et aux États-Unis. En cause : les parasites, les maladies, la mauvaise nutrition mais surtout l’exposition aux pesticides.

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, 71% des cultures les plus fréquentes dans le monde sont pollinisées par les abeilles. La disparition des insectes pollinisateurs laisse donc entrevoir des conséquences désastreuses sur notre quotidien et notre régime alimentaire. Sans abeilles pour butiner les cultures, des milliers de produits risquent de disparaître des étales de nos marchés et supermarchés.

Le désespoir des apiculteurs des Pyrénées

Durant l’hiver 2008-2009, 4325 colonies d’abeilles disparaissaient dans les Pyrénées-Orientales, soit plus de 85 millions d’abeilles. Les premiers constats de cet hiver 2013-2014 font état de plus de 400 ruches dans les Pyrénées-Orientales et de plus de 3000 ruches en Ariège, soit plus de 60 millions d’abeilles mortes. Le même drame environnemental et humain se joue partout. Le moment est peut-être venu de changer de modèle agricole. Qu’on cesse de nous dire qu’on ne pourra pas nourrir la planète si l’on abandonne le modèle agricole actuel. C’est purement et simplement un mensonge entretenu pour le profit de quelques individus sans scrupule. Les alternatives viables existent déjà, il ne manque plus que la volonté politique. Nous avons besoin des abeilles, elles ont besoin de nous !

Suspension de trois insecticides…

Le 29 avril 2013, l’Union européenne a annoncé la suspension pour deux ans de trois insecticides appartenant à la famille des néonicotinoïdes qui seraient impliqués dans le déclin des insectes pollinisateurs (bourdons, papillons, abeilles…). Cette restriction entrera en vigueur le 1er décembre prochain.
Cette initiative est nécessaire mais insuffisante. D’abord, elle ne concerne pas toutes les cultures. Des centaines d’autres, moins au contact des pollinisateurs comme les céréales d’hiver, les cultures sous serres, ou les vergers après floraison pourront encore bénéficier des trois néonicotinoïdes. Ces pesticides persistent longtemps dans les sols et sous l’effet de la rotation des cultures peuvent entrainer la contamination d’autres cultures et par conséquent des pollinateurs qui les butinent. Ensuite, les trois néonicotinoïdes ont été empalés par une autre famille d’insecticides : les pyréthrinoïdes. Si ces derniers sont moins dangereux, ils s’avèrent toxiques pour les abeilles les quelques jours suivant la pulvérisation.
Pour préserver les abeilles, il est absolument nécessaire de réguler radicalement l’utilisation des pesticides dans les cultures au profit de méthodes plus favorables à l’environnement (auxiliaire de cultures pour manger les insectes nuisibles). A nous de privilégier des aliments cultivés sans pesticides et le miel produit par nos apiculteurs locaux.

Saint Béat (31).

Visite de Martin Malvy dans le canton de Saint-Béat, suite aux inondations de juin 2013.

Martin Malvy lors de la visite à la scierie Martin et fils d’Estenos.

Martin Malvy lors de la visite à la scierie Martin et fils d’Estenos.

Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées s’est rendu ce lundi 16 décembre à Saint-Béat en présence de Bernard Bahut, sous-préfet de Saint-Gaudens, Carole Delga, députée et Bertrand Auban, sénateur et conseiller général.

Ce déplacement a été l’occasion de faire un point sur les aides en faveur des communes ou entreprises sinistrées des inondations et d’envisager l’avenir économique et touristique de cette zone. Le président de Région a visité la scierie Martin et fils d’Estenos. Particulièrement touchée par les inondations, cette scierie a bénéficié d’une aide de plus de 100 000 € de la Région pour sa remise en état et des investissements matériels et immobiliers.
Après une visite du centre-ville de Saint-Béat, Martin Malvy a participé à une réunion de travail au siège de la Communauté de Communes à Marignac en présence du sous-préfet, des parlementaires, des élus de la Région, du Conseil général, des maires de la communauté de communes, et des chambres consulaires.
Particulièrement touchées par les inondations du 18 et 19 juin derniers, les communes du canton de Saint-Béat ont bénéficié de 14 aides régionales pour plus de 550 000 € dans le cadre du fonds de reconstruction et de solidarité mis en place par la Région. Pour information, un agent de la Région a été spécialement désigné pour traiter en urgence les dossiers des communes et entreprises sinistrées.
Au total, depuis juin dernier, la Région est intervenue de manière exceptionnelle à hauteur de 9.2 M€ en faveur des territoires sinistrés des inondations en Haute-Garonne et dans les Hautes-Pyrénées. D’autres dossiers sont à l’instruction et seront soumis à la prochaine commission permanente.