Saint Béat (31).

Visite de Martin Malvy dans le canton de Saint-Béat, suite aux inondations de juin 2013.

Martin Malvy lors de la visite à la scierie Martin et fils d’Estenos.

Martin Malvy lors de la visite à la scierie Martin et fils d’Estenos.

Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées s’est rendu ce lundi 16 décembre à Saint-Béat en présence de Bernard Bahut, sous-préfet de Saint-Gaudens, Carole Delga, députée et Bertrand Auban, sénateur et conseiller général.

Ce déplacement a été l’occasion de faire un point sur les aides en faveur des communes ou entreprises sinistrées des inondations et d’envisager l’avenir économique et touristique de cette zone. Le président de Région a visité la scierie Martin et fils d’Estenos. Particulièrement touchée par les inondations, cette scierie a bénéficié d’une aide de plus de 100 000 € de la Région pour sa remise en état et des investissements matériels et immobiliers.
Après une visite du centre-ville de Saint-Béat, Martin Malvy a participé à une réunion de travail au siège de la Communauté de Communes à Marignac en présence du sous-préfet, des parlementaires, des élus de la Région, du Conseil général, des maires de la communauté de communes, et des chambres consulaires.
Particulièrement touchées par les inondations du 18 et 19 juin derniers, les communes du canton de Saint-Béat ont bénéficié de 14 aides régionales pour plus de 550 000 € dans le cadre du fonds de reconstruction et de solidarité mis en place par la Région. Pour information, un agent de la Région a été spécialement désigné pour traiter en urgence les dossiers des communes et entreprises sinistrées.
Au total, depuis juin dernier, la Région est intervenue de manière exceptionnelle à hauteur de 9.2 M€ en faveur des territoires sinistrés des inondations en Haute-Garonne et dans les Hautes-Pyrénées. D’autres dossiers sont à l’instruction et seront soumis à la prochaine commission permanente.

Publicités

Parc national des Pyrénées.

Une enveloppe de 200 000 € pour les communes sinistrées du Parc national des Pyrénées !

Lors du vote du conseil d'administration du Parc national des Pyrénées.

Lors du vote du conseil d’administration du Parc national des Pyrénées.

Le conseil d’administration du Parc national des Pyrénées, réuni mardi 16 juillet en séance exceptionnelle, a voté une enveloppe de 200 000 €, sur deux ans, aux communes de son territoire affectées par les crues torrentielles.

« Les aides seront attribuées à des collectivités, communes, communautés de communes et à des structures qui porteront un projet collectif ou agricole », a expliqué Gilles Perron, directeur du Parc national des Pyrénées. Le Parc national va adresser un courrier aux collectivités, commissions syndicales, à la chambre d’agriculture, pour les informer des modalités du dispositif. Un formulaire de demandes d’aides sera mis en ligne sur le site du Parc national. Vu le montant de l’enveloppe, les aides du Parc national viendront en complément d’autres aides ou sur des situations non prises en compte par les assurances. Elles permettront de sortir de situations bloquées. « Il y aura une concertation en amont avec les différents services pour éviter les doublons. Nous suivrons de près la mise en place de toutes ces procédures », a précisé André Berdou, président du Parc national des Pyrénées.

Région Midi-Pyrénées.

Crue du siècle… La solidarité régionale pourrait atteindre 15 M€ !

Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées

Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées

« Dans ce contexte exceptionnel », a déclaré Martin Malvy à l’issue de la réunion de ce jeudi 11 juillet, « et comme je l’avais annoncé dès le 27 juin, le montant de notre aide d’urgence sera adapté aux besoins. D’ores et déjà, les premières réunions des comités de suivi nous laissent penser que la Région devra porter son effort des 5 millions d’euros initialement annoncés à environ 15 millions d’euros. C’est un effort considérable, mais la solidarité régionale sera évidemment présente à ce rendez-vous ».

Le 27 juin dernier, les élus régionaux avaient décidé, sur proposition du président Martin Malvy, une première dotation de 5 M€ pour marquer la solidarité régionale avec les sinistrés des inondations subies par les vallées pyrénéennes quelques jours plus tôt et pour permettre à l’économie locale de redémarrer le plus rapidement possible. En quelques jours, en coordination avec l’État, les élus et les acteurs locaux réunis en cellules de crise et comités de pilotages, la Région a défini les modalités concrètes de la mobilisation de cette aide. Ce jeudi 11 juillet, les élus régionaux réunis en Commission permanente exceptionnelle ont adopté 6 premiers dispositifs d’intervention de la Région en direction des Communes– 127 communes dont 81 dans les Hautes-Pyrénées et 46 en Haute-Garonne – et entreprises situées dans le périmètre reconnu en état de catastrophe naturelle.
logo-region-midi-pyreneesCes 6 dispositifs régionaux interviendront aux côtés des autres financements publics de l’État, des conseils généraux et éventuellement de l’Europe. Ils seront diffusés dans les jours qui viennent aux collectivités, aux acteurs économiques et sociaux concernés. Les Services de la Région accompagneront les sinistrés dans le montage des dossiers qui seront suivis par un interlocuteur unique, Bruno Guillemot, affecté spécialement à cette mission et chargé d’en suivre l’instruction.

Versement de 3 premières aides…  Lire la suite

Midi-Pyrénées

Inondations. La région vote à l’unanimité un crédit 5 M€ pour venir en aide aux sinistrés !

logo-region-midi-pyreneesA l’unanimité, la Région Midi-Pyrénées a adopté jeudi 27 juin un crédit de 5 M€ pour venir en aide en urgence aux sinistrés des inondations qui se sont produites dans le sud de la Haute-Garonne et dans les Hautes-Pyrénées.

Lors de la présentation de cette proposition, Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, est revenu en détail sur les ravages de ces crues qui ont causé des dégâts considérables, aux équipements publics, comme au tissu économique.

Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées.

Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées.

 » Catastrophe exceptionnelle, dommages exceptionnels, c’est pourquoi notre solidarité doit être exceptionnelle « , a déclaré Martin Malvy…. Avant de rajouter :  » C’est une première enveloppe, nous pourrions aller plus loin en fonction des besoins. Afin que nous soyons le plus réactif possible et que nos interlocuteurs n’aient pas à chercher qui, dans nos services doit être le leur, j’ai également désigné un interlocuteur unique dans notre service aménagement du territoire. En lien direct avec nos élus, dont je salue l’engagement aux côtés des territoires sinistrés, en particulier Marc Carballido, vice-président en charge des politiques pyrénéennes et la vice-présidente Viviane Artigalas avec qui je me suis rendu à Saint-Béat, Luchon, Barèges et Luz-Saint-Sauveur. Bruno Guillemot instruira les différents dossiers qui parviendront à la Région et assurera le cheminement vers les services concernés « .

Région Midi-Pyrénées

Inondations en Midi-Pyrénées

Martin Malvy : « la Région décidera jeudi d’un fonds de 5 M€ pour aider à la reconstruction »

Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées.

Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées.

Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, qui était en début de semaine au salon du Bourget à Paris et aujourd’hui, à l’extrémité de la Région, dans l’Aveyron, et trop loin pour accompagner le président de la République, se rendra demain matin dans la Haute-Garonne et les Hautes-Pyrénées où il rencontrera des élus et responsables économiques.

Il a annoncé à Rodez son intention de proposer à l’Assemblée régionale, dès jeudi, le vote d’un crédit de 5 millions d’euros dont l’affectation sera précisée au terme de la concertation urgente qui doit s’établir entre les représentants des collectivités et des secteurs économiques ainsi qu’avec les représentants de l’État.
« Cette catastrophe est exceptionnelle », a précisé le président de la Région. « Notre solidarité doit l’être aussi, avec un objectif de reprise, la plus rapide possible, des activités qui ont été interrompues et qu’il appartient de rétablir dans les meilleurs délais. Je souhaite d’autant plus que les procédures d’expertise soient menées avec la célérité qu’exige l’ampleur de la catastrophe et qui, réglementairement, conditionneront le rythme de nos interventions. »