Montagne Pyrénées. Préservation de la Faune.

Parrainez un bouquetin ibérique !

Les Bouquetins lâchés dans le Parc national des Pyrénées. Ph.  J-P Crampe.

Les Bouquetins lâchés dans le Parc national des Pyrénées. Ph. J-P Crampe.

Le retour des bouquetins ibériques sur leur terre ne vous laisse pas insensible ?
Vous souhaitez participer à l’aventure humaine et scientifique de leur réintroduction au sein du Parc national des Pyrénées ?

Soutenez activement l’arrivée d’un bouquetin ibérique en effectuant un don. Quel que soit son montant, même modeste, votre apport permettra d’acquérir de nouveaux animaux qui viendront conforter la population déjà en place.

Bénéficiez d’une défiscalisation

Votre don ouvre droit à une importante réduction fiscale : 66% en réduction de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20% de votre revenu imposable. Par exemple, un don de 100 € vous revient en réalité à 34 € et vous fait bénéficier d’une réduction d’impôt de 66 €.
Pour faire un don, rien de plus simple : utilisez la plateforme de don sécurisée du Parc national des Pyrénées sur son site internet http://www.parc-pyrenees.com
Vous recevrez un reçu fiscal à valoir sur l’année de référence. En tant que parrain, vous serez invité personnellement au lâcher de votre filleul.
Après seize bouquetins libérés en 2014, au sein du cœur du Parc national des Pyrénées, sur les hauteurs de Cauterets, une réintroduction de huit adultes le 31 mars 2015 et de sept animaux le 25 mai, trente-et-un bouquetins (douze femelles et dix-neuf mâles) ont été lâchés au total. Avec la mort d’un mâle cet hiver et la naissance d’un cabri, la population est actuellement de trente-et-un individus.
Il est important de savoir que pour être viable, une population doit compter deux cents animaux.

Montagne Pyrénées. Faune des Pyrénées.

Première au Parc national des Pyrénées : le baguage d’un Pic à dos blanc !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Avec sa calotte rouge pour les mâles et noire pour les femelles, et ses belles moustaches (trait), il creuse une cavité dans un arbre sain (un hêtre généralement) pour préparer son nid. Le Pic à dos blanc est une espèce montagnarde rare qui, en France, ne vit que dans la partie occidentale du massif pyrénéen.

Très spécialisé sur son habitat, on le trouve essentiellement dans les vieilles hêtraies avec de nombreux arbres morts. Afin de mieux la connaître, cette espèce bénéficie depuis 5 années, d’un programme d’étude de capture et de baguage que le Parc national effectue en partenariat avec le Groupe Ornithologique des Pyrénées et de l’Adour.
Avec toutes les précautions d’usage, Jérémy Bauwin et Philippe Fontanilles, gardes-moniteurs du Parc national des Pyrénées et bagueurs du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris, ont réussi à capturer et baguer pour la première fois, un pic à dos blanc. Après son baguage, les mesures biométriques, la photographie et le prélèvement de deux petites plumes, il a été relâché.

Une quiétude respectée

Les jours suivants, ses petits ont voleté autour de la loge. Désormais émancipés, ils se nourrissent seuls et ne vont pas tarder à prendre leur autonomie. L’intervention des gardes-moniteurs n’a donc pas perturbé le déroulement normal de cette reproduction. L’étude génétique permettra à moyen terme de vérifier l’existence d’une spécificité locale du pic à dos blanc dans les Pyrénées, la sous-espèce lilfrodi. Elle est à ce jour, inscrite sur la liste française de l’Union internationale de conservation de la nature comme « vulnérable ».