Ski. Une plateforme de réservation unique dans les Pyrénées.

Avec N’PY, que c’est bon de skier dans les Pyrénées !

Plaisir de skier dans les stations N'PY.

Plaisir de skier dans les stations N’PY.

« Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite », Henri Ford a parfaitement résumé N’PY et le rapprochement de 7 domaines skiables (Peyragudes, Piau, Grand Tourmalet, Luz-Ardiden, Cauterets, Gourette et La Pierre-Saint-Martin), 3 grands sites (Pic du Midi, Cauterets-Pont d’Espagne et le Train de la Rhune) et 4 espaces nordiques (Piau Sobrarbe, Payolle, Cauterets-Pont d’Espagne et la Forêt du Braca).

Que ce soit pour les skieurs débutants, les skieurs confirmés ou les non skieurs, les domaines pyrénéens regroupés sous la marque N’PY, poursuivent leur développement. Cette année, ce sont plus de 8,5 M€ qui sont investis afin de rendre accessible le ski au plus grand nombre, dont plus de 300 000€ sur le développement de la plateforme de réservation n-py.com. Avec 2 millions de journées skieurs vendues l’année dernière et un CA de 50,8 M€, les stations N’PY représentent à elles-seules 55% du massif pyrénéen.

N-PY.COM poursuit sa révolution.

Le site n-py.com qui permet de réserver et payer en quelques clics l’ensemble de son séjour ski (de l’achat des forfaits en passant par la réservation de l’hébergement, des cours de ski, du matériel ou bien encore des activités), a été entièrement repensé. Désormais, plus de 550 prestataires sont regroupés sur une même place de marché encore plus intuitive et simple à manipuler avec les disponibilités de tous les prestataires en temps réel. Pour le skieur, c’est la garantie d’un service 100% local, 100% sécurisé, 100% sur-mesure, sans intermédiaire et au meilleur prix garanti !
Et pour ceux qui ne s’y retrouvent pas ou qui souhaitent des conseils, le centre d’appel N’PY avec ses conseillers pyrénéens est désormais ouvert même le dimanche (tchat, mail et téléphone de 8h à 17h).

Nouveau : le forfait semaine à la carte ! Lire la suite

Publicités

Fête des Chiens des Pyrénées, en Pays des Gaves (65).

Plus de 300 chiens des Pyrénées venus du monde entier !

Présentation au concours d'un Montagne des Pyrénées.

Présentation au concours d’un Montagne des Pyrénées.

Les 19 et 20 septembre 2015, la 14ème édition de la fête des chiens des Pyrénées se déroulera comme à l’accoutumé dans l’enceinte du parc thermal d’Argelès-Gazost. Plus de 300 chiens des Pyrénées des 4 races – Montagne des Pyrénées dit « Patou », Berger des Pyrénées dit « Labrit » et leurs cousins espagnols, Gos d’Atura Catala et Mâtin des Pyrénées – viendront se plier aux dures règles de ce concours pour espérer remporter le prix du meilleur de l’exposition.

Si cette grande manifestation canine a lieu en pays d’Argelès-Gazost depuis 14 ans maintenant, c’est tout simplement parce que le berceau de la race s’y trouve. La 1ère association a en effet été créée en 1923, à Argelès-Gazost et son siège social y demeure toujours. Plusieurs éleveurs de chiens des Pyrénées perdurent dans la vallée. Et, il n’est pas rare de rencontrer lors de randonnées en montagne un berger accompagné d’un Berger des Pyrénées et d’un « Montagne ». La race est bien vivante !
Un paradoxe entoure ces chiens des Pyrénées : l’exportation de la race à l’étranger… En effet, une grande majorité des chiens participants au concours viennent de l’étranger ; les plus lointains des européens seront, cette année, les norvégiens. De nombreux visiteurs viennent de contrées lointaines : les États-Unis sont représentés chaque année par une importante délégation mais il n’est pas rare de voir aussi des japonais, des néo-zélandais ou encore des africains du Sud. Les Pyrénées s’exportent ! Et la culture et l’image des pyrénéens aussi : car nos passionnés connaissent bien les Pyrénées (beaucoup mieux que certains d’entre nous…) et le pyrénéisme ; les prénoms de leurs chiens sont des noms familiers de nos montagnes et villages !

Le Berger Basque en invité d’honneur…

Un invité d’honneur cette année : une délégation de Bergers Basques (les chiens !) «euskal artzain txakurra » qui aura les honneurs du Club de Race.

Programme de la Fête des Chiens des Pyrénées.

Programme de la Fête des Chiens des Pyrénées.

Pour les plaisirs hors concours, le public pourra apprécier le travail du berger avec son troupeau de moutons, d’oies et de canards dans le jeu d’adresse et d’obéissance du chien et des démonstrations d’agility et d’obéissance… mais aussi déguster les spécialités bigourdanes, profiter des animations musicales et ludiques…
N’oublions pas que ce sont aussi les journées européennes du patrimoine ! Sur le même site, sous chapiteau, une exposition « Le patrimoine du XXIème siècle, un avenir » regroupera des sociétés savantes, des auteurs, des expositions thématiques, des savoir-faire d’antan… sous l’égide de la Société d’Études des Sept Vallées agrémentée des visites guidées de la ville.

Plus d’infos…

Office du Tourisme et du Thermalisme de la vallée d’Argelès-Gazost. Tél, 05 62 97 00 25. Site, http://www.argeles-gazost.com

Association des chiens des Pyrénées. Alain Pecoult (président).Tél, 04 90 78 29 63. Site, http://www.chiens-des-pyrenees.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pic du Midi de Bigorre (65). Saut Pendulaire.

Battre le record de France de Saut Pendulaire établi à 240 m !vercor4

Après avoir réussi l’exploit en mai dernier de rejoindre en marchant dans les airs les deux téléphériques du Pic du Midi, les toulousains de l’équipe Pyrénaline se lance un nouveau challenge…

Battre le record de France de saut pendulaire établi à 240 m, et ceci pour la première fois à partir d’un téléphérique, vendredi 04 septembre 2015, de 16h30 à 21h.
Variante du saut à l’élastique, le saut pendulaire consiste à tendre dans un premier temps un câble entre le Taoulet (gare téléphérique intermédiaire à 2 341 mètres) et le Pic du Midi (2 877 mètres). A ce câble est accrochée une corde d’alpiniste décalée par rapport au lieu de saut. La trajectoire du saut du jumper ressemble ainsi à celle d’une pendule.
Les premiers sauts se dérouleront le vendredi 04 septembre de 16h30 à 21h et se poursuivront le samedi 05 septembre de 17h à 21h.

Plus d’infos sur http://www.pyrenaline.fr et http://www.picdumidi.com

Montagne Pyrénées. Environnement.

La Hiasse d’Aucun, dans le Val d’Azun (65), vous accueille !

Les panneaux annonçant la zone humide. Ph. M. Hervieu PNP.

Les panneaux annonçant la zone humide. Ph. M. Hervieu PNP.

Située côté droit à l’entrée de la commune en venant d’Argelès-Gazost, la zone humide dite de « la Hiasse » à Aucun vous accueille désormais avec deux panneaux d’informations mis en place par la commune en partenariat avec le Parc national des Pyrénées et l’Association pour la recherche et l’environnement Midi-Pyrénées. N’hésitez pas à vous arrêter pour mieux découvrir ou redécouvrir notre environnement.

Qu’est-ce qu’une zone humide ? Pourquoi les protéger ? Quels sont ses rôles et fonctions ?

La Hiasse d’Aucun est une prairie humide autrefois entretenue par la fauche et le pacage. Laissée à l’abandon pendant plusieurs décennies, elle s’est transformée naturellement en prairie humide à hautes herbes. Les zones humides rendent naturellement d’importants services à la collectivité.
Comme des éponges, elles régulent l’écoulement de l’eau en la stockant lors des épisodes pluvieux et en la libérant lors des périodes sèches (fonction hydraulique). Comme des reins, elles filtrent l’eau et en améliorent la qualité (fonction biogéochimique). Elles accueillent également de nombreuses espèces spécifiques, rares ou protégées (fonction écologique). Elles peuvent également avoir des rôles pédagogique, récréatif et culturel.
Afin d’éviter l’évolution du site vers un reboisement moins intéressant pour la biodiversité, la restauration et la valorisation de la Hiasse d’Aucun ont été identifiées comme des actions prioritaires de la convention d’application de la charte du territoire du Parc national, signée en 2013 entre la commune d’Aucun et le Parc national des Pyrénées.

Montagne Pyrénées. La Grotte de Niaux en Ariège (09).

« Niaux sous les étoiles »… 5 soirées privilège !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Située dans une vallée riche de vestiges préhistoriques, la Grotte de Niaux est une des dernières grottes ornées à être encore ouverte au grand public. Les vendredis 10, 17, 24 juillet, 5 ou 14 août, les médiateurs de la Grotte de Niaux proposent de passer une soirée exceptionnelle et participative. « Niaux sous les étoiles » va permettre de découvrir la vie des hommes, femmes et enfants au temps des Cro-Magnons.

La soirée démarre par une visite privilégiée de la Grotte de Niaux. Armés d’une lampe portative, les explorateurs suivent leur guide sur 800 mètres puis découvrent le « Salon Noir » où quelques 80 peintures d’animaux sont représentées. C’est un véritable voyage dans le temps qui s’opère.
De retour à l’air libre, un buffet champêtre composé de produits du terroir et de produits ariégeois attend les visiteurs. La soirée continue dans un climat convivial, autour d’une animation sur le feu et l’éclairage à la Préhistoire. Après une présentation du feu et de son utilisation au temps des Cro-Magnons, une démonstration et une expérimentation d’éclairage avec lampes à graisse et torches sera proposée sous le porche de la Grotte de Niaux.
Cette soirée placée sous le signe de la convivialité va permettre des moments d’échanges libres et privilégiés. C’est l’occasion pour petits et grands de se mettre le temps d’une soirée dans la peau de nos ancêtres, artistes des cavernes.

Informations pratiques

http://www.sites-touristiques-ariege.fr – 05 61 05 10 10, Grotte de Niaux – 09400 Niaux.
Soirées uniquement sur réservation à 19h. Nombre de places limitées. Adulte : 30€ / Enfants et jeunes (5 à 18 ans) : 20€.
Site ouvert à l’année – Réservation indispensable
Pour des raisons de conservation, la visite s’effectue avec un éclairage portatif. Prévoir un vêtement chaud et de bonnes chaussures.

Montagne Pyrénées. Pic du Midi de Bigorre (65).

Le Pic du Midi a 15 ans et plein de projets !

Panoramique depuis le Pic du Midi de Bigorre. Ph. P. Compere.

Panoramique depuis le Pic du Midi de Bigorre. Ph. P. Compere.

Le Pic du Midi fête cette année ses 15 ans d’ouverture au grand public. Grands Sites de Midi- Pyrénées, il porte l’image de toute une région à travers le monde. Plus d’1,5 million de touristes sont montés au Pic en 15 ans, dont 108 718 en 2014. Ces 15 ans sont l’occasion de faire le point sur les grands projets qui animent actuellement le site.

UNESCO : nomination d’une série d’Observatoires de Haute-Montagne

Il y a un an, le Comité syndical décidait de lancer le dossier de demande d’inscription du Pic du Midi au Patrimoine Mondial de l’Humanité de l’UNESCO. L’université Paul- Sabatier (Toulouse 3) ainsi que l’Observatoire Midi Pyrénées ont également décidé de porter ce projet.
Cette démarche permettra de :
• Donner une dimension nouvelle au site ainsi qu’une reconnaissance internationale prestigieuse
• Offrir des perspectives de développement prometteuses
• Définir une protection maximale du site et une politique de conservation de qualité
• Transmettre un patrimoine authentique et intègre aux générations futures
• Mettre en place un système de gestion qui rassemble tous les acteurs du site pour un développement concerté et durable.
Le premier Comité de pilotage qui réunit près de 60 personnes, s’est tenu le 19 janvier dernier sous la Présidence de la Préfète des Hautes-Pyrénées, du Président du Syndicat Mixte du Pic du Midi et du Président de l’Université Paul Sabatier. Un Groupe projet a été défini et un Comité Scientifique a été mis en place. Le cabinet MCC Héritage accompagne le Pic du Midi dans sa démarche.
Il a été décidé lors de ce Comité de Pilotage de donner un caractère prioritaire à une approche de la candidature UNESCO, sous la forme d’une série transnationale des “Observatoires de Haute Montagne”.
Dans ce processus d’inscription, le Pic du Midi est partenaire de deux autres observatoires de renommées internationales qui sont Aura Observatory au Chili et Canarian Observatories en Espagne. Les critères d’éligibilité prioritaires retenus devraient permettre aux trois sites de postuler sur une inscription au titre des paysages culturels.
Deux autres observatoires (California Observatories aux USA et Mauna Kea Observatory à Hawaï) ont également été contactés pour, ultérieurement, compléter notre série.
De plus dans le cadre de l’étude thématique commandée par l’UNESCO à l’ICOMOS-UAI (vol. 2), le Pic du Midi a été inscrit en septembre dernier par l’UNESCO sur son site internet « Portal to the Heritage of Astronomy » (http://www2.astronomicalheritage.net). Cette inscription est une première étape, les sites retenus devant disposer d’une valeur astronomique et d’une identité naturelle suffisamment forte pour pouvoir être ensuite accompagnés par l’UNESCO dans la rédaction de leur dossier de candidature au Patrimoine de l’Humanité.

Hôtellerie des Laquets : une étude complémentaire d’Atout France… Lire la suite

Montagne Pyrénées. Tradition et culture.

Samedi 06 juin 2015, c’est la 19ème Fête de la Transhumance au Lac d’Estaing, dans le Val d’Azun (65) !

Arrivée de la Transhumance au Lac d'Estaing.

Arrivée de la Transhumance au Lac d’Estaing.

C’est une tradition dans les Pyrénées, le printemps est synonyme de transhumance des troupeaux qui ont passé l’hiver au chaud et qui prennent la route vers les estives. Et la transhumance, ça se fête, principalement dans le Val d’Azun le samedi 06 juin.

Depuis de nombreuses années, les éleveurs valléens ont souhaité faire partager au grand public le départ des bêtes en refaisant la transhumance à l’ancienne, au départ de chaque village, pour un énorme rassemblement de brebis jusqu’au lac d’Estaing. Pari gagné, car ce sont plus de 600 personnes, venus des régions Midi-Pyrénées et Aquitaine, qui participent à cette tradition.
Dès la veille, l’effervescence va régner dans les bergeries d’Arcizans-Dessus, de Gaillagos, de Bun et d’Estaing. Les animaux, très énervés, sentent que le moment est venu de partir pour plus de trois mois, en toute liberté, dans les estives. Dès 8 h, le samedi, c’est le grand départ !
À chaque traversée de village, les bergers et leurs troupeaux de brebis se rejoignent pour former, en prenant la direction du lac d’Estaing, une immense colonne sur les chemins et la petite route longeant le gave.

Plus de 1 200 brebis sur la route !

Tout au long de ce parcours d’une vingtaine de kilomètres, les randonneurs ou curieux, positionnés au bord du circuit emprunté, se joignent au fur et à mesure aux bergers afin de les suivre jusqu’au lac d’Estaing. Cette énorme concentration s’entend de loin grâce aux cloches attachées au cou des animaux. Plus de 1200 brebis participent à cette transhumance, bariolées de couleurs différentes signifiant à qui elles appartiennent. Trois races sont représentées dans le Val d’Azun : la tarasconnaise, la lourdaise et la berrichonne.
Entre 12 h et 13 h, c’est l’arrivée au lac après un « ravitaillement» au village d’Estaing. À retenir, le travail remarquable des chiens de bergers avec leurs maîtres pour rassembler et parquer les bêtes. Puis, bergers et accompagnateurs festoient sur place, soit en prenant un repas au centre d’accueil du lac d’Estaing, soit en pique-niquant. Le tout animé par des chants pyrénéens. La bénédiction des troupeaux a lieu vers 14 h 30, avant le grand départ pour les estives. Certains tiennent compagnie aux bergers pour la dernière montée vers les estives.
La journée se termine en beauté par un repas et une animation musicale, dans une ambiance rappelant un peu le banquet de fin d’aventure d’un certain petit village gaulois !

Mais d’où vient cette tradition ?… Lire la suite