Faune des Pyrénées.

5ème rencontre nationale du réseau Milan royal à Montsérié (65).

Un Milan royal en vol.

Un Milan royal en vol.

Après Montbéliard en Franche-Comté en 2009, c’est dans le cadre exceptionnel du piémont pyrénéen que s’est tenue du 22 au 24 novembre, la 5ème édition de la rencontre nationale du réseau Milan royal.

Malgré une mobilisation sans faille du réseau français, cette espèce européenne reste gravement menacée. Il était donc grand temps de présenter au plus grand nombre un tour d’horizon de l’état des connaissances et de poser les nouvelles voies d’avenir.
Ce rapace, encore commun il y a 30 ans dans l’hexagone, est aujourd’hui gravement menacé, fragilisé notamment par des empoisonnements à la bromadiolone lors de campagnes de lutte contre le campagnol terrestre et par des empoisonnements avec des produits interdits. Pour la seule année 2013, pas moins de 34 cadavres de milans royaux ont été découverts sur le territoire national, sans qu’aucune recherche ciblée ne soit menée. La LPO et le réseau « Milan royal » ne cessent de dénoncer ces pratiques qui mettent à mal les efforts déployés au quotidien pour sauvegarder cette espèce patrimoniale.
Rappelons qu’avec 2 650 couples nicheurs, la France abrite la deuxième population nicheuse mondiale de milans royaux après l’Allemagne et assume, à ce titre, une lourde responsabilité dans la conservation de ce rapace nécrophage, présent uniquement en Europe.

Il faut que l’État s’engage… Lire la suite

Val d’Azun (65)

Col du Soulor. Des estives et des ailes…

 La table d'orientation au Col du Soulor.

La table d’orientation au Col du Soulor.

Situé à 1474 mètres d’altitude, le col du Soulor, site pastoral et haut lieu du cyclisme sur la route des cols, est aussi un important site ornithologique en raison de la présence de grands rapaces, de passereaux et de nombreuses migrations.

Le sentier des rapaces

Le sentier des rapaces

Les sentiers des rapaces et des passereaux, aigle royal, vautour fauve, vautour percnoptère, gypaète barbu, milan royal… autant d’espèces qui, vues d’en bas, se ressemblaient toutes jusqu’à ce que le sentier des rapaces, composé de grandes silhouettes d’oiseaux en vol grandeur nature, vienne expliquer leurs différences. Leurs techniques de vol ou leur alimentation varient aussi. Vous apprendrez ainsi que le gypaète, appelé aussi casseur d’os, laisse tomber les os sur des pierriers pour pouvoir manger la moelle. Autant d’explications qui sont livrées autour de ces cinq grandes silhouettes, mais aussi de deux tables de lecture du paysage situées au col et 500 mètres en contrebas sur le parking de la Tachouère.

Second défi !

Le sentier des oiseaux.

Le sentier des oiseaux.

Des plus grands aux plus petits, voilà quel était le second défi sur ce site. Car si les plus grands rapaces fascinent par leur taille et leur élégance, les plus petits, très nombreux à cet endroit, enchantent… par leur chant. Le sentier des passereaux situé dans la forêt des sapins en contrebas du col (durée environ 1 heure) invite à découvrir quelques passereaux à travers leur chant, leurs couleurs, leur activité. Ici, un conte pour expliquer comment le roitelet est devenu le roi des oiseaux, là, une borne explicative sur les surnoms parfois donnés à certains : tête de linotte, jambes de pouillot, gras comme une grive… un moment ludique à faire en famille, proposé à la communauté de communes du Val d’Azun par la LPO (Ligue de protection des oiseaux) qui a imaginé ces deux sentiers et en a assuré la conception. un partenariat aussi lancé afin de préserver le site dans le respect des pratiques existantes (ski, randonnées, chasse, pastoralisme) et le classer comme « site ornithologique d’observation LPO / Bird life ».

Infos à la Maison du Val d’Azun, Arrens-Marsous, tél, 05 62 97 49 49 et http://www.valdazun.com.