Montagne… Faune des Pyrénées.

Grande première en Europe… La loutre en altitude !

La loutre des Pyrénées. Ph. Ph. Llanès.

La loutre des Pyrénées. Ph. Ph. Llanès.

Les gardes moniteurs du Parc national des Pyrénées sur Cauterets ont constaté que les loutres colonisent des secteurs situés à 2000 m d’altitude, ce qui est une première en France, voire même en Europe.

Chercher les points de colonisation n’est pas facile car cet animal est très discret, même s’il n’a pas peur d’être proche de l’homme. Dès 1998, les gardes moniteurs du Parc national des Pyrénées se sont aperçus du retour de la loutre entre Lourdes et Pierrefitte-Nestalas (65), le long du gave de Pau. En 2000, ils ont trouvé des preuves de reproduction. Ce n’est qu’en 2003 qu’ils ont pu relever des traces vers 900 m d’altitude : à Cauterets au Pont d’Espagne, au-dessus de Luz-Saint-Sauveur, en Val d’Azun sur le gave d’Arrens et à Gavarnie au pied de la Cascade, c’est-à-dire vers 1600 m. Et en 2010, fait très important, on a trouvé des épreintes * de cet animal sur le Marcadau, le lac de Gaube, vers 2000 m d’altitude. Ils a été constaté la même chose en Béarn (64) en 2008, en vallée d’Ossau, jusqu’à Gabas ainsi qu’en vallée d’Aspe en amont d’Oloron.

D’où vient l’animal ?

On a évoqué le fait que la loutre pouvait venir d’Espagne. En 2007, une recherche génétique a été faite sur une femelle découverte morte. Les gardes moniteurs ont pu ainsi déterminer que les gènes prouvaient que cet animal était originaire du Centre Espagne.

Quel est son mode de vie ?

C’est une espèce protégée. D’un poids de 6 à 12 kg, et d’une longueur avoisinant les 1m20, elle a une durée de vie de 6 à 8 ans. Il y a deux individus par portée avec une mortalité importante chez les jeunes. C’est un animal territorial. Une femelle occupe un territoire de 15 km linéaire de rivière, interdisant la présence de toute autre femelle. Elle tolère cependant les jeunes. Le mâle occupe 30 km linéaire de rivière, strictement interdit aux autres mâles. La loutre, animal nocturne, est active toute l’année, même pour la reproduction. Elle a une communication très élaborée. Les épreintes * sont laissées toujours aux mêmes endroits, balisant ainsi, sous forme d’amas, son territoire. Elle a trois sortes de caches : les couches (dans un roncier), les gîtes où elle dort et un plus discret nommé « Catiche » avec accès sous l’eau pour faire ses petits. Elle a un régime alimentaire très opportuniste, se nourrissant de poissons, de grenouilles, environ 1 kg 500 par jour. Il faut savoir que si une loutre colonise un secteur, c’est qu’il y a au moins 300 kg de poissons par hectare… Ce qui est bon aussi pour les pêcheurs.
Le seul prédateur connu de la loutre, c’est le chien. L’animal avait presque totalement disparu en France à l’entre deux guerres, en raison d’un piégeage intensif. A cette époque une peau de loutre avoisinait un mois de salaire d’un ouvrier agricole. Si la loutre colonise à nouveau dans les Pyrénées, c’est la preuve d’une qualité de l’eau exceptionnelle dans ce massif.

* les épreintes sont les excréments des loutres

La Rando du P’tit Pyrénéen. Autour de Lourdes (65).

Le balcon du Pibeste.

Vallée de Batsurguère - Ph. CDRP65.

Vallée de Batsurguère – Ph. CDRP65.

A quelques pas de la ville de Lourdes qui accueille chaque année cinq millions de visiteurs, la vallée de Batsurgère reste pourtant méconnue. Mais ses atouts sont nombreux à commencer par un patrimoine naturel très riche protégé par une Réserve Naturelle Régionale.

Niveau : moyen
Durée : 3h45
Dénivelé : 360 m
Situation : Ségus, à 7km au sud-ouest de Lourdes par les N21 et D13
Parking : dans le village
Balisage :
1 à 2 : blanc-rouge
2 à 7 : jaune
7 à 1 : blanc-rouge

L'itinéraire.

L’itinéraire.

> Accès depuis Lourdes (pont de la Cité Saint-Pierre) par le GR101 (balisage blanc-rouge) pour rejoindre le point 7 (1h aller-retour)

> Les chiens doivent être tenus en laisse dans la Réserve Naturelle du Pibeste

1. Du point d’information, se diriger vers l’église, la contourner par la gauche, suivre la route et dépasser le réservoir.

2. Dans le virage, quitter la route et continuer tout droit par le chemin. Au niveau de la colonie, partir à droite puis, après un captage d’eau, tourner à gauche et atteindre l’orée du bois.

3. Le sentier monte à gauche, traverse une lande à fougères, s’oriente au sud et, toujours à flanc, arrive dans une zone humide marquée par un bosquet de saules (801 m).

> Variante : possibilité de descendre directement à Ossen (45 mn ; balisage jaune) par le sentier à gauche (voir tracé en tirets sur la carte)

4. Continuer par le sentier en balcon dans la lande (points de vue) jusqu’à une intersection.

> Accès au pic d’Alian (1h30 aller-retour) à droite (point de vue sur la vallée des gaves)

5. Poursuivre tout droit et atteindre un abreuvoir. Le chemin descend dans un bosquet puis arrive à Viger. Gagner le bas du village et continuer par le sentier qui dessine un lacet puis rejoint la D313.

6. La suivre à gauche sur 800 m. Après la colonie, prendre le chemin à gauche. Couper la D13, poursuivre par la route en face sur 500 m jusqu’à la ferme Coudet.

> Accès pour Lourdes : à la ferme Coudet, suivre le GR101 tout droit

7. Avant la ferme Coudet, monter par le chemin à gauche et parvenir à la croix de Houssat. Utiliser à gauche le chemin goudronné qui conduit à Ossen, traverser le village et passer devant la maison de la Vallée. Poursuivre sur cette petite route qui monte et rejoint la D13. La suivre à droite pour retrouver le centre de Ségus.

logo CDRandonn-e 65 (2)Itinéraire présenté dans le topo-guide « Midi-Pyrénées à pied » (Ed. FFrandonnée – Réf.RE02 ) – En vente en librairie.

Argelès-Gazost (65).

Dimanche 28 juillet, Fiesta Mômes, 4ème édition du festival pour enfants.

Beaucoup d'animations dans le Parc thermal.

Beaucoup d’animations dans le Parc thermal.

La vallée d’Argelès-Gazost est, tous les étés, la destination des enfants et des familles par excellence. Nombreux sont les hébergements, les sites de visites et les activités adaptés aux enfants et aux attentes des familles.

Le Festival « Fiesta Mômes » est une parenthèse ludique pour tous les enfants, des rencontres, des jeux des découvertes, des surprises…dans un cadre magnifique de verdure. Cette année, le cirque « comique » y tiendra une place particulière grâce à Circus Théatre Récré Magic : des numéros désopilants… des histoires magiques. Des histoires de clowns avec leurs petits compagnons, pour le meilleur et pour le rire, acteurs et marionnettes se côtoient avec complicité afin de vous prendre la tête… mais de plaisir !
Sans oublier «Titus & Zinzin font le Pestacle », de surprenants clowns… Un spectacle qui met en scène 2 clowns qui jouent, se cherchent, se trouvent, se perdent et se chamaillent. Le tout à travers des sketches frais et colorés entraînant petits et grands du rire à l’émotion.
En clôture de Fiesta Mômes, le spectacle époustouflant de la Compagnie du Baluchon et la Boîte à Jouer qui lors de chacune de ses représentations associent les enfants ; une quinzaine d’entre eux auront la chance d’entrer dans le monde de cape et d’épée avec le chevalier Lagardère, héros du roman de Paul Féval « Le Bossu ».

Demandez le programme ! Lire la suite

Argelès-Gazost (65)

Fête la Transhumance le samedi 13 juillet !

Fête de la Transhumance

Vous pourrez accompagner le troupeau vers les estives.

logo argelesLa Fête de la Transhumance à Argelès-Gazost est maintenant devenue le rendez-vous incontournable des premières sorties de l’été à la montagne à ne manquer sous aucun prétexte !

Dès le matin, le troupeau sera rassemblé au cœur du « village de la transhumance » sur  la grande place. Après le traditionnel cérémonial, bénédiction et casse-croûte du berger, le troupeau prendra le départ vers le Balandrau et Gez pour rejoindre les estives. Le cœur de ville restera animé tout au long de la journée et en soirée : saveur du terroir, sonnailles, jeux de force basque et chants basques, bandas, folklore…. nuit de la transhumance avec bal gascon, repas, animations diverses... Au programme des nouveautés, les cavaliers du centre équestre du Bourdalat qui accompagneront le troupeau… Et dans le village de la transhumance, des races anciennes (chèvre, vaches, chevaux, volaille…)

Programme détaillé Lire la suite

Pic du Midi de Bigorre (65)

Cet été, l’accès au Pic du Midi se fera uniquement par Bagnères-de-Bigorre et Sainte-Marie de Campan.

Le Pic du midi de Bigorre. Ph. P. Compère.

Le Pic du midi de Bigorre. Ph. P. Compère.

Les tragiques inondations de la semaine dernière ont totalement endommagé la route d’accès à Barèges empêchant ainsi l’accès au Pic du Midi via le Col du Tourmalet. De ce fait, le Pic du Midi dont le téléphérique se trouve à La Mongie, sera cet été accessible uniquement par Bagnères-de-Bigorre, Sainte-Marie de Campan et le Col d’Aspin. Pour rappel, un service de navette à la demande est mis en place au départ de Lourdes, direction La Mongie (via Loucrup et Bagnères-de-Bigorre), et ce jusqu’au 31 octobre. Deux départs quotidiens sont prévus depuis Lourdes : le premier à 8h15 et le second à 13h30. Dans le sens La Mongie/Lourdes, les départs s’effectuent à 12h10 et à 17h30.

Service navette sur réservation : Réservation au 0 800 65 65 00. Prix : 2€/aller – 4€/aller-retour

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Midi-Pyrénées

Inondations. La région vote à l’unanimité un crédit 5 M€ pour venir en aide aux sinistrés !

logo-region-midi-pyreneesA l’unanimité, la Région Midi-Pyrénées a adopté jeudi 27 juin un crédit de 5 M€ pour venir en aide en urgence aux sinistrés des inondations qui se sont produites dans le sud de la Haute-Garonne et dans les Hautes-Pyrénées.

Lors de la présentation de cette proposition, Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, est revenu en détail sur les ravages de ces crues qui ont causé des dégâts considérables, aux équipements publics, comme au tissu économique.

Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées.

Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées.

 » Catastrophe exceptionnelle, dommages exceptionnels, c’est pourquoi notre solidarité doit être exceptionnelle « , a déclaré Martin Malvy…. Avant de rajouter :  » C’est une première enveloppe, nous pourrions aller plus loin en fonction des besoins. Afin que nous soyons le plus réactif possible et que nos interlocuteurs n’aient pas à chercher qui, dans nos services doit être le leur, j’ai également désigné un interlocuteur unique dans notre service aménagement du territoire. En lien direct avec nos élus, dont je salue l’engagement aux côtés des territoires sinistrés, en particulier Marc Carballido, vice-président en charge des politiques pyrénéennes et la vice-présidente Viviane Artigalas avec qui je me suis rendu à Saint-Béat, Luchon, Barèges et Luz-Saint-Sauveur. Bruno Guillemot instruira les différents dossiers qui parviendront à la Région et assurera le cheminement vers les services concernés « .

Gèdre (65)

Crue du Gave de Pau : aucun impact sur les barrages exploités par EDF.

 Photo webcam du déversoir du barrage des Gloriettes le 19 juin.


Photo webcam du déversoir du barrage des Gloriettes le 19 juin.

Suite à la crue exceptionnelle du Gave de Pau, EDF a lancé la procédure de contrôle prévue en pareille circonstance et confirme que ses barrages n’ont subi aucun impact.

Depuis le début de la crue, les équipes EDF sont mobilisées 24h/24 pour assurer la surveillance et la sûreté des centrales et barrages sur ce territoire. L’ensemble des contrôles et mesures ont permis de s’assurer du bon comportement des ouvrages et de confirmer que la crue n’a eu aucun impact sur les barrages exploités par EDF.
Le directeur du GEH Adour et Gaves, Christian Caussidéry, explique:  » Il est important de savoir que le risque de crue est prévu dès l’origine, à la conception même de l’ouvrage. Des aménagements complémentaires sont prévus tout au long de la vie des ouvrages pour s’adapter à l’évolution de la réglementation et des conditions climatiques « .
Sur le barrage des Gloriettes, EDF a ainsi construit un nouveau dispositif d’évacuation de crues extrêmes pour faire face aux nouvelles situations. Lors de la dernière crue, ce nouveau dispositif a parfaitement fonctionné.
Mis en service en 1952, le barrage des Gloriettes est le réservoir principal de la centrale hydroélectrique EDF de Gèdre. Il disposait à l’origine d’un évacuateur de crue capable d’évacuer 70 m3/s, débit jugé aujourd’hui insuffisant suite aux dernières études de réévaluation du risque de crue extrême.
Pour répondre à cette nouvelle contrainte et garantir la sûreté des personnes et des biens, EDF, en concertation avec les Services de l’Etat, a construit un nouvel évacuateur de crue situé au niveau du mur de fermeture en rive droite. Ce dispositif vient compléter l’évacuateur existant, portant ainsi la capacité totale d’évacuation à 150 m3/s.