Pyrénées. Les Stations de Ski N’PY.

Simplifiez-vous le ski… N’PY fait le plein de nouveautés pour la saison 2017-2018 !sdr

Légende : Les responsables de N’PY et les représentants des stations de ski. Ph. Le P’tit Pyrénéen.

Regroupement des domaines skiables de Peyragudes, Piau, Grand Tourmalet, Pic du Midi, Luz-Ardiden, Cauterets, Gourette et la Pierre Saint Martin, N’PY fait une nouvelle fois le plein de nouveautés cette année. Avec toujours pour objectif de faciliter le ski et de proposer toujours plus de fun sur et en dehors des pistes.

Afin d’assurer le développement de son territoire, N’PY a créé en 2012 la 1ère place de marché du ski en ligne qui permet de composer son séjour dans les Pyrénées en toute simplicité. L’offre de 450 prestataires est ainsi regroupée sur un seul et même site http://www.n-py.com. N’PY poursuit cet engagement en s’adressant aux propriétaires non adhérents à la place de marché avec la création du Club Propriétaire qui permet d’associer ces derniers au développement de leur station (infos en avant-première, promos sur achats forfaits saison, No Souci…). Mais également en redynamisant l’offre d’hébergement touristique que ce soit en incitant les propriétaires à rénover leur bien ou en accompagnant la restructuration d’hébergements collectifs de grande capacité afin de les requalifier en hébergement « nouvelle génération ».

Tous les développements technologiques engagés par la marque mettent le client au cœur de sa stratégie. C’est ainsi que les stations sont désormais équipées d’un système informatique de relation clients afin de mieux répondre aux attentes des skieurs. Dans le même esprit, le centre de relations clients poursuit son développement avec la mise en place d’un service de chatbot (intelligence artificielle) qui permet de répondre rapidement aux questions les plus fréquentes.

Des nouveautés également côté forfait. N’PY, fort de son expertise, l’applique à des problématiques locales de séjour et offre au client la possibilité de skier quand il veut et où il veut : le nouveau Forfait Pyrénées 2 Vallées permet désormais de skier sur 4 domaines skiables (Peyragudes, Val Louron, Saint-Lary et Piau) à tarif privilégié. Le forfait saison est simplifié avec un prélèvement automatique des journées skiées dans les autres stations N’PY. Enfin, les entreprises peuvent acheter un forfait saison « entreprise » non nominatif et valable 25 journées.

Côté connexion, N’PY a décidé de déployer son propre réseau Wifi gratuit. Une soixantaine de bornes sont en cours d’installation sur l’ensemble des stations.

De nombreuses animations sont proposées aux skieurs cette saison. La préparation au ski permet de se préparer physiquement en amont de la saison avec des séances de sports gratuites à destination des abonnés No Souci. Tous fondus de N’PY est une tournée de fondue en station où la convivialité est à l’honneur ! « Hors-Piste » épisode 2, c’est toute l’ambiance d’une station de ski avec son ambiance givrée et 100% Pyrénées au Hangar de Darwin, en plein cœur de Bordeaux en janvier. Sans oublier la N’PY Kids, une journée dédiée aux enfants à Piau le 18 février et un évènement sur une station N’PY organisé en partenariat avec Roxy, entièrement dédié aux filles.

Les nouveautés des stations…

Des travaux pour plus de sécurité !

Les Télésièges du Mouscadés, du Pic et de Campbielh à Piau sont désormais équipés d’un système antichute pour assurer la sécurité des enfants. Les jeunes skieurs y bénéficient d’une file dédiée. La piste des Sapins au Grand Tourmalet (versant La Mongie) et celle des Crétêts à Gourette sont élargies pour faciliter leur skiabilité. La neige de culture est optimisée à Piau et au Grand Tourmalet.

De nouveaux espaces pour s’amuser en skiant !

Peyragudes crée la 1ère Funslope des Pyrénées (parcours ludique et fun sur une piste bleue) et s’équipe d’un slalom permanent chronométré et filmé. Une nouvelle piste de lancement permet d’atterrir en toute sécurité sur un Big Air Bag à Piau. Luz-Ardiden accueille un boardercross tout public. Cauterets propose les meilleures conditions pour les 1ères glisses avec l’arrivée d’une 5ème remontée sur son espace débutants. A Gourette, deux nouvelles zones de ski tranquille sont installées pour assurer davantage de sérénité aux pratiquants. La Pierre Saint Martin propose le Moonwalk, un snowpark ludique pensé pour amuser toute la famille, aménagé sur une piste bleue.

Les pistes s’animent !

Gulli débarque sur deux pistes pour débutants à Peyragudes. L’espace ludique de la Marmotte à Piau se dote de trampolines et châteaux gonflables durant les vacances scolaires.

Le ski facilité !

Deux nouveaux points de rechargement sont mis en place à Piau. Les détenteurs de la carte No Souci peuvent accéder à des places réservées au pied des pistes de Peyragudes et de Piau (sur réservation). Dans un autre genre, afin d’améliorer le confort des skieurs, des toilettes sèches sont installées au départ du télésiège Panoramic au Grand Tourmalet. A Luz-Ardiden, la garderie propose deux nouvelles formules qui permettent aux parents de skier 3 ou 4h d’affilée.

Des nouveautés sur les espaces nordiques !

Payolle propose des circuits thématiques pour que les balades en ski nordique ou en raquettes deviennent aussi instructives. Durant 4 h, un accompagnateur en montagne initie au ski de randonnée à Cauterets Pont d’Espagne. Et le soir, l’application « Patrimoine en balade » permet de découvrir de manière itinérante son patrimoine nocturne. Les personnes en recherche de nouvelles sensations peuvent tester sur l’Espace Nordique de La Pierre Saint-Martin le Fat Bike, vélo tout terrain à assistance électrique.

On pose les skis pour se restaurer !

Quartier d’hiver est le nouveau restaurant d’altitude de Peyragudes qui propose une carte concoctée par le chef étoilé Stéphane Tournié et des fins de journée coucher de soleil/tapas. Redescente assurée en motoneige ou dameuse. Peyragudes propose également les « soirées privilège » au sommet des pistes pour un moment à partager avec les dameurs. Au Grand Tourmalet, RDV est donné au Chalet des Pisteurs. Avec ses 3 terrasses, il offre une vue imprenable sur le Pic des 4 termes et le Pic du Midi. Le restaurant du Pic du Midi a été déplacé afin d’offrir un point de vue exceptionnelle sur les Pyrénées. On y apprécie son nouveau design contemporain et sa cuisine traditionnelle avec des produits du terroir. Le végan et le végétarien font leur entrée dans les restaurants d’altitude de Gourette.

Et pour dormir…

Le Grand Tourmalet propose des nuits insolites dans des cabanes perchées ou des cabanes de berger mais aussi des nuits plus classiques dans l’Hôtel le Chalet** fraichement restauré ou dans les nouveaux appartements de la Résidence les Palmiers des Vignaux. Les amateurs d’insolite seront servis à Gourette lorsqu’ils dormiront dans un Wild Dôme tout confort après une randonnée en raquettes au clair de lune, un saut dans un bain nordique et un repas typique au champagne.

Inédit !

L’allongement de la piste de l’Altiport 007 Peyresourde-Balestas permet l’atterrissage d’avions bimoteurs 8 places. Une façon assez chic de venir skier à Peyragudes ! Les amateurs de sensations fortes ont quant à eux RDV au Pic du Midi sur la proue du vaisseau des étoiles. Une passerelle de 12 m de long qui tutoie les nuages et surplombe 1 000m de vide. Seul pour randonner… découvrez BlablaRando by Cauterets, une application qui permet de rejoindre d’autres randonneurs au départ de Cauterets.

Il n’y a pas de mal à se faire du bien…

Balnéa à Loudenvielle propose le nouveau massage Rituel Incas soit 1h30 de détente totale. Spassio by Balnéa à Peyragudes permet quant à lui de moduler le temps, de choisir son huile de massage et la partie du corps à masser grâce à son nouveau soin personnalisé. Edeneo à Piau ouvre un jour de plus en basse saison et propose un Pass 8 heures. Pour se détendre et étirer les muscles, direction Aquensis à Bagnères de Bigorre pour un massage Deep Tissue. Et pour des ongles bien faits, RDV à Luzéa à Luz-Saint-Sauveur. Les Bains du Rocher à Cauterets propose quant à eux une gamme de soins Yon-Ka 100% française.

Petit rappel…

Pour la saison 2016/2017, N’PY a enregistré près de 2 millions de journées ski et un chiffre d’affaire de 50 M€ pour les remontées mécaniques (hors activités annexes). N’PY Résa poursuit son développement avec un volume d’affaires de 20 M€ la saison dernière et une augmentation de + 32% sur les réservations d’hébergement. Les ventes de forfaits sur internet ont progressé de 20 %. Désormais, elles représentent 30% du Chiffre d’Affaires total des stations (soit + 5% par rapport à la saison dernière). Pour cette nouvelle saison, N’PY et ses domaines ont investi un peu plus de 11,3 M€ afin de satisfaire une clientèle de plus en plus avide de nouveautés.

Plus d’infos sur http://www.n-py.com

Publicités

Parc national des Pyrénées. Restauration d’un refuge.

Le refuge du Larry se refait une beauté !

le-refuge-du-larry-ph-c-bapt

Le refuge du Larry. Ph. C. Bapt.

Surplombant à 1 724 mètres d’altitude la vallée d’Aspe, le refuge du Larry (commune d’Urdos) accueille sans réservation, été comme hiver, les randonneurs en transit de la vallée d’Aspe vers la vallée d’Ossau.

Refuge non gardé situé à 100 mètres de la zone cœur du Parc national, il propose gratuitement sept couchages et le confort d’une petite cuisine équipée. En période estivale, deux emplacements pour des tentes ont été aménagés sur l’enceinte même. Datant de 1968 et géré par le Parc national des Pyrénées, le refuge du Larry bénéficient régulièrement de remise en état tel que le changement de clôture et de gazinière l’an passé par les gardes-moniteurs du Parc national.

Mais au fil du temps, les conditions climatiques extrêmes avaient dégradé le bardage réalisé en bois Western Red Cédar. Dans le cadre d’actions de préservation du patrimoine, les Amis du parc national des Pyrénées en collaboration avec les équipes du Parc national, ont entrepris la restauration de ce revêtement ainsi que du faîtage, des volets et de la porte. Plusieurs réunions de calage ont permis de planifier l’intendance, l’acquisition du matériel ainsi que la programmation de la phase d’héliportage de celui-ci. Forts de leur expérience, Didier Allard, Daniel Barras, Gérard Casteran, Lionel Favier, Michel Rousseau et Jean-Paul Zanibellato, membres des Amis du Parc national, ont mené à bien cette mission du 2 au 6 octobre 2016. Après la découpe des bardeaux réalisée durant l’été 2016, l’ensemble du bardage a été déposé et remplacé par des bardeaux en pin Douglas, espèce présentant des caractéristiques d’imputrescibilité dans le temps et le faîtage du toit devenu moins étanche, a été restauré. Par deux fois, des membres des Amis du Parc national sont venus ravitailler le personnel présent sur le site et apporter une bonne dose de soutien. Les agents du Parc national des vallées d’Ossau et d’Aspe ont contribué au bon déroulement des travaux… Lire la suite

Ski. Freeride au Pic du Midi de Bigorre (65).

Samedi 23 janvier 2016, 1ère descente freeride pleine lune au Pic du Midi !

Avant d'entamer la descente du Pic du Midi de Bigorre.

Avant d’entamer la descente du Pic du Midi de Bigorre.

Le temps s’annonce parfait samedi 23 janvier pour la première descente freeride de l’année. Ce soir-là, le Pic du Midi propose aux skieurs aguerris de descendre du Pic du Midi, à ski ou en snowboard, éclairés par la seule luminosité de la lune.

Les amoureux de freeride sont attendus dès 15h pour une prise en charge par un moniteur qui évaluera le niveau de chacun. A partir de 16h, les skieurs passeront une soirée inoubliable et totalement insolite avec au programme : la montée en téléphérique au Pic du Midi en fin de journée, le coucher de soleil, la visite du site (terrasses et musée), un buffet traditionnel campagnard et enfin, la descente à ski, depuis le sommet, encadrée par des moniteurs. L’itinéraire le plus opportun sera déterminée en fonction des conditions du jour.

Deux autres soirées pleine lune prévues les samedi 20 février et vendredi 25 mars…

Rappelons qu’à l’instar de l’Aiguille du Midi à Chamonix et de La Grave dans les Alpes, le Pic du Midi a ouvert en décembre 2013 un espace de ski unique dans les Pyrénées. Depuis son sommet à 2 877 m, deux descentes s’offrent aux skieurs :
· Versant La Mongie jusqu’à Artigues-Campan, l’itinéraire « la Coume du Pic » avec son dénivelé de 1 700 m pour 10 km de descente. Une navette gratuite remonte les skieurs au pied des pistes.
· Versant Barèges jusqu’au Télésiège du Tourmalet, le forfait Pic du Midi Unlimited inclut le retour par cette remontée mécanique.
Les skieurs moins aguerris peuvent également emprunter les itinéraires de « la Jaune », « la Verte » ou « la Violette » depuis la gare intermédiaire du Taoulet à 2 341 m.

Connaissance de la haute montagne exigée !

Ainsi, à près de 3 000 mètres d’altitude, c’est un domaine exceptionnel de haute montagne qui s’offre aux skieurs. Une bonne connaissance de la haute montagne et un équipement adapté sont indispensables car ces espaces ne sont ni surveillés, ni aménagés, ni balisés. Afin de bénéficier de conseils avisés et de profiter au maximum de ces magnifiques descentes, l’accompagnement par un professionnel de la montagne est fortement recommandé.

Soirée sur réservation : 99€/personne
Plus d’infos sur http://www.picdumidi.com

Montagne Pyrénées. Faune pyrénéenne.

La chauve-souris, notre alliée !

Un Petit Rhinolophe en vol. Ph. Th. Friedrich.

Un Petit Rhinolophe en vol. Ph. Th. Friedrich.

Alimentant l’imagination et parfois les craintes, les chauves-souris sont avant tout des animaux à découvrir et à protéger.

Les actions du Parc national des Pyrénées en faveur des chiroptères…

Les agents du Parc national des Pyrénées mènent des missions de connaissance et de préservation de ces espèces à haute patrimonialité, en préservant leurs habitats et en suivant l’évolution de leurs populations. Pour ce faire ils assurent notamment :
– le suivi des gîtes à chiroptères : Gîtes de reproduction, d’hibernation, d’estivage et de transit, les gardes-moniteurs procèdent à divers comptages au cours de l’année afin de suivre l’évolution des populations.
– la prospection de gîtes potentiellement favorables : découvrir de nouveaux gîtes afin de mieux appréhender la répartition spatiale et temporelle des espèces présentes sur le territoire du parc.
– de l’information et de la sensibilisation du grand public : conférences, rencontres sur le terrain.
Afin de faciliter la cohabitation des hommes et des chauves-souris, les agents du Parc national apportent des conseils et accompagnent également les particuliers pour concilier la préservation des gîtes des chauves-souris et la protection de leur grange, maison. Les chauves souris élisent parfois domicile dans les habitations humaines et causent parfois quelques légers désagréments. Pourtant des solutions simples existent pour cohabiter comme par exemple la pose de bâches plastiques sous les colonies, celles-ci permettant de préserver vos planchers. Très riche en azote, celui-ci pourra être récolté et servir d’engrais naturel dans les jardins.
Le site « SOS chauves-souris » est également une manne d’informations pratiques :
http://www.sfepm.org/SOSChiropteres.htm

Le Parc national des Pyrénées, un espace de diversité d’espèces… Lire la suite

Montagne Pyrénées. Pic du Midi de Bigorre (65).

Le Pic du Midi de Bigorre… Une aventure d’Hommes !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’histoire scientifique du Pic du Midi avant d’être astronomique, fut d’abord météorologique. Mais c’est surtout l’histoire d’hommes qui se sont battus depuis plus de 140 ans pour construire et sauvegarder ce formidable patrimoine.

Les Pionniers du Pic…

L’Observatoire du Pic du Midi est né de la rencontre d’une montagne et d’hommes habités par la passion de la connaissance : les précurseurs au XVIIIème siècle, les créateurs à la fin du XIXème siècle et toute une lignée de savants, astronomes, physiciens, botanistes qui ont bâti sa renommée.
Dès 1774, Monge et Darcet montent au Pic du Midi pour y étudier la pression atmosphérique. En 1873, le Général de Nansouty y installe une station météorologique provisoire où il mesure pression, température, humidité et différentes autres grandeurs intéressant la météorologie.
Xavier Vaussenat, ingénieur, est séduit par cette aventure et s’intéresse à tous les aspects scientifiques et historiques de la région. En 1908, Benjamin Baillaud, Directeur de l’Observatoire de Toulouse, y fait construire une coupole de 8 m de diamètre dont le transport sera un véritable exploit. Une seule route de terre permettait alors aux marcheurs d’atteindre le col de Sencours depuis le col du Tourmalet. Les scientifiques accédaient au sommet à pied, par un rude sentier pierreux.
En 1929, Bernard Lyot, un jeune astronome de l’Observatoire de Meudon, se lance dans un projet audacieux : l’observation de la couronne solaire en dehors des éclipses, projet qu’il réalisera grâce à la création d’un appareil baptisé coronographe en 1931. Les chercheurs étudient alors le soleil dans ses moindres détails. C’est notamment grâce aux images obtenues depuis le Pic du Midi dans les années 1940 que l’on a découvert que le sol lunaire était recouvert d’une couche de poussière. Un détail essentiel qui a fait de l’Observatoire du Pic du Midi le centre de cartographie détaillé de la surface lunaire pour les missions Apollo pilotées par la NASA.
En 1952, est construit un deuxième téléphérique qui relie la Mongie au sommet via la gare intermédiaire du Taoulet. Dans les années 1980, le site connaît des années difficiles dues à des problèmes d’ordre financier et matériel et à des conditions de vie extrêmes à cause de l’altitude. Il coûte cher et n’autorise que 120 nuits d’observation par an en moyenne. On parle de fermer le site…

De la menace de fermeture au sauvetage du Pic… Lire la suite

Montagne Pyrénées. Faune.

Vautours fauves à la curée, scène de la vie ordinaire des estives…

Les Vautours fauves à la curée.

Les Vautours fauves à la curée.

Fin juin aux alentours du Col des Veaux au Pays Basque (64), une randonneuse effectuant le GR10 dit avoir vécu, le 3ème jour de sa traversée des Pyrénées, une « expérience angoissante » : une quarantaine de vautours fauves affairés à manger une carcasse de cheval sur le sentier l’auraient encerclée et menacée. Cette affirmation a été relayée récemment par la presse régionale et nationale.

Qu’en est-il réellement ?

Le vautour fauve avec ses 2,50 d’envergure, 1 mètre de haut et ses 8 à 11 kilos est un oiseau au gabarit impressionnant pour qui n’en a jamais vu de près. C’est aussi un oiseau grégaire. Nichant en colonies sur les falaises, il est fréquent de voir plusieurs individus évoluant en même temps dans le ciel. Quant l’un d’entre eux découvre grâce à sa vue performante un animal mort dans les estives, et que le lieu de la découverte semble tranquille, c’est la curée : des dizaines de vautours arrivent des quatre coins du ciel, se posent et entament, par les orifices, les viscères et autres parties molles de la bête.
Des cris, des postures d’intimidation voire des bagarres entre individus, des têtes et cous de vautours qui s’enfoncent dans la carcasse, l’odeur de putréfaction de la charogne… Pour qui n’a jamais vu cette scène, cela peut paraître impressionnant. Si les vautours sont dérangés par quelques randonneurs qui passent par là, alors ils s’envolent pour aller se poser à proximité ou patienter en vol le temps que les intrus s’éloignent du lieu de leur repas. Dès l’instant où les intrus sont suffisamment loin, les vautours reviennent rapidement consommer la carcasse et terminer leur travail d’équarrissage naturel. Aucun risque pour les intrus, le seul objectif des vautours, c’est la carcasse !
Cette scène est finalement une scène ordinaire, naturelle et quotidienne de la vie des estives pyrénéennes depuis des millénaires ! Les vautours assurent la basse besogne de faire disparaître efficacement les bêtes mortes en montagne laissées par les éleveurs, soit plusieurs milliers de tonnes par an.

Une relation à bénéfice réciproque !

Ils évitent la contamination des sources et limitent la propagation des virus et bactéries contenues dans des charognes en putréfaction. Si les randonneurs sont amenés à observer à distance une curée de vautours et qu’ils sont impressionnés par la scène, ils le seront bien plus par l’incroyable efficacité du travail de nettoyage et le service de salubrité publique que ces oiseaux nous rendent !

Pyrénées. Découverte artistique.

Une Artiste expose ses œuvres…

Marie Colombie devant une de ses œuvres.

Marie Colombie devant une de ses œuvres.

Connue dans le monde de la photo pour ses jolis clichés pris dans le Luchonnais (31), Marie Colombie a une autre corde à son arc qui mérite d’être connue !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A partir d’affiches, elle créé des tableaux qu’elle expose dans différents endroits des Pyrénées. Marie explique sa façon de procéder :  » J’ai besoin de trois affiches identiques sur un papier adapté pour réaliser un tableau. La première est collée sur un support et me sert de guide. Les autres sont découpées pour mettre en relief. Je recolle les morceaux avec du silicone. Je sculpte le papier et le silicone puis je termine avec un vernis céramique « .

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous pourrez découvrir les créations de Marie Colombie cet été au CCAS EDF de Saint-Lary (65) où sont exposés des tableaux représentant Jean-Jaurès, des compositions à partir d’affiches sur les chemins de fer du Sud-Ouest (Pau, Cauterets, Biarritz) ainsi qu’un tableau réalisé à partir d’une de ses photos d’une mer de nuages.
Au mois d’août, Marie Colombie exposera aussi au CCAS EDF de Luchon et au Grand Hôtel de Superbagnères (31), ainsi qu’à la Maison des Curistes de Luchon, du 16 au 30 août.
Entre Luchon et Saint-Lary, ce sont plus de 60 tableaux qui s’offriront à l’œil des amateurs d’art.

Ce diaporama nécessite JavaScript.